Les Chevaliers d'Émeraude

jeu de rôles sur les chevaliers d'Émeraude
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le moi derrière lui/Harry Potter (spoilers 6)

Aller en bas 
AuteurMessage
Pebsia
Chevalier 1ère génération/admin
avatar

Nombre de messages : 728
Localisation : Quelque part....
Date d'inscription : 02/12/2005

MessageSujet: Le moi derrière lui/Harry Potter (spoilers 6)   Dim 4 Déc à 20:36

voici mon histoire.
pour ceux qui n'auraient pas lu le 6e livre, veullez vous abstenir.....

chapitre 1: le commencement

Horreur... Peur... Tristesse... Colère...
Franchement, je ne sais pas comment il a fait... fait pour passer à travers tout cela. Moi même, qui a tout vu, je ne saurai comment me sortir de là. Mais il est fort. Très fort même... Plus depuis ce jour. Le jour où tout a tombé, où tout lui est revenu en plein visage. Moi, faisant ce qu'on me disait, regardait tout de loin, sans pouvoir rien faire. Si j'avais pu, il serait peut-être mieux aujourd'hui... Mais laissez-moi me présenter!

Je suis Camélia. Juste Camélia. Mon nom? Je ne sais pas. Et je ne le saurai jamais. Je ne suis pas vraiment humaine... si on peut dire les choses comme ça. J'ai été engager par Dumbledore, juste avant sa mort... Comme s'il le savait! Tout un homme, ce Dumbledore! Chanceux sont ceux qui ont pu le voir en personne... Et bien, moi, j'en fais partie! Bon, j'en étais où? Ah oui! Je me suis faite engagée par Dumbledore pour surveiller de loin Harry Potter. Simple! Oui... au début...
J'ai fini par me tanner. Tanner de rester derrière lui et de me dire: Lâche pas Harry! Je suis avec toi!
Et oui... J'y étais sans vraiment y être... Je ne faisais rien! Faire tomber quelqu'un par ci, un autre par là. Moi, je suis une "fille" d'action! Pas question de se tourner les pouces pendant que les autres s'amusent! Donc, c'est par un soir sombre que Harry Potter découvrit ma présence...


Après l'enterrement de Dumbledore, Harry retourna chez les Dursleys, malgré lui. Il y fit les mêmes choses: nettoyage, balayage, faire à manger... Un soir, il ne fut plus capable. Il prit toutes ses choses et lui mit dans sa valise. Il descendit les escaliers et sortit dehors avant que les Dursleys aient eu le temps de dire quoi que ce soit.
Le ciel était couvert de nuages, ne laissant passé aucun rayon de la lune. Harry marcha jusqu'à l'intersection de sa rue et s'arrêta. Ayant passé récamment son permis de transplanage, il décida de se rendre chez les Weasleys. Et c'est ce qu'il fut.
Une fois arrivé sur place, il se dirigea vers la maison... Un peu trop sombre à son goût... Il n'était pas trop tard! Harry arriva devant la porte et la poussa tranquillement... révélant un décombre total. Il entra et posa sa valise par terre. La table de la cuisine était revirée, les chaises brisées en milles morceaux. En bref, tout était à l'envers. Harry sortit sa baguette et avance de quelques pas. La planche de bois fit un bruit sourd sous son pas. Harry arrêta son geste, mais il ne fut sans importance. Trois énormes bêtes arrivèrent devant lui. Elles étaient vêtues de... pas grand chose! et avaient toutes de grosses massues. Harry avala difficilement et regarda autour de lui, espérant trouver une sortie... qu'il ne trouva pas...
Une des bêtes prit son élan et attaqua Harry qui réussit à s'en sortir de justesse. Tout le reste ne fut que rapidité pour Harry.

Moi, je suivis Harry dehors, mais lorsque je le vis disparaitre, je soupirai. Cela allait être plus diificile. Mais je parvins quand même à le repérer. Direction maison des Weasley, à ma grande surprise...
Lorsque j'arrivai sur place, que fut ma surprise de voir Harry se faire attaquer par des grosses bêtes poilues. Oubliant mon devoir, je me lancai sur les créatures. Après quelques minutes où je savais très bien que Harry me regardait comme si j'étais une folle, j'abattis la dernière. Je me tournai vers lui et lui fit un gros sourire.
-Alors, ça va Harry?
Et oui, il me regardait comme une folle...
-Eh... Oui... Tu es qui au juste?
La question que je redoutais tant...
-Et bien, je m,appelle Camélia, Cam si tu préfères. Je suis chargé de te surveiller jour et nuit, sans que tu le saches. Mais comme tu m,as vu en pleine action, rien de sert de me cacher maintenant!
Et maintenant, la réation que je redoutais...


si vous avez des commentaires, envoie moi un mp mici!!

_________________
J'ai trouvé l'amour en mon petit elfe, Koga!
Je suis prête à tout pour protéger les gens que j'aime... sachant très bien qu'ils le peuvent par eux-mêmes!
Furet, chien, faucon et loup... mes animaux préférés..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chevaliersdenkidiev.dynamicforum.net
Pebsia
Chevalier 1ère génération/admin
avatar

Nombre de messages : 728
Localisation : Quelque part....
Date d'inscription : 02/12/2005

MessageSujet: Re: Le moi derrière lui/Harry Potter (spoilers 6)   Dim 4 Déc à 21:00

chapitre 2: bêtise

-QUOI!
J'essayai de faire de mon mieux pour le calmer, mais il était vraiment pompé.
-Tu me dis que je me suis fait suivre par une fille juste parce que Dumbledore pensait que je ne suis pas assez fort! Il a tort! Je suis beaucoup plus fort qu'avant!
-Rectification. Si je n'aurai pas été là, tu t'aurais fait aplattir comme une crêpe par ses monstres. Et aussi, je ne suis pas vraiment une "fille"...
-Hein? Tu n'es pas... vraiment humaine?
-Un peu, mais... non. Et bien... disons que je vais t'expliquer en court de route!
Harry me regarda bizarrement. Quoi! Ce n,est pas difficile à comprendre... ah! les garçons....
-Nous allons partir?
-Et bien oui! À moins que tu veulles attendre d,autres de leurs petits copins.
Je lui pointai les restes des monstres et lui fit un sourire.
-D'accord... Allons-nous s'en...
Je poussai un soupir de soulagement et sortit de la maison sans un seul regard derrière. Harry me suivit, sans rien dire.
-Bon, nous allons nous diriger vers le chemin de Travers.
-Et tu vas m'expliquer tu es quoi?
-C’est difficile à dire… Ça va être plus facile devant une bonne tasse de thé !
Harry soupira et transplana. Je le suivis, le sourire aux lèvres.

Le chemin de Traverse… J’ai toujours aimé cet endroit. Pourquoi ? Et bien… c’est beau… Il y a beaucoup de monde… On y voit de tout… Je ne sais pas moi ! Mes goûts en ont décidé de même… J’allai rejoindre Harry qui m’attendait devant la porte de l’auberge. Je me dirigea aussitôt vers le comptoir pour réserver une chambre.
-Bonsoir Tom !
Ah ce Tom… Je l’ai toujours trouvé bizarre…
-Bonsoir… Une chambre pour deux ?
-Oui.
Il me donna la clef et je le remerciai d’un signe de tête. J’entraînai Harry dans les escaliers et poussa la porte de notre chambre. Pas trop pire… J’ai déjà vu plus affreux que ça ! J’alla m’asseoir sur le lit et attendit que Harry fasse son inspection. Après quelques minutes, il s’assit sur le lit en face de moi et me regarda, attendant que je parle.
-Bon. Comme je te l’ai dis, je m’appelle Camélia et mon nom ne changera pas. Je suis une Gardienne. Je suis née pour protéger quelqu’un, donc avec des forts pouvoirs. J’ai été élevée avec d’autres Gardiens. Dumbledore savait qu’il allait mourir. Donc, il m’a contacté pour que je puisse te surveiller et te protéger. Il ne voulait que tu tombes entre des mauvaises mains… Tu vois ce que je veux dire. Alors, je ne crois pas avoir oublié quelque chose…
Harry me regarda et se coucha.
-C’est bien… Je me fais suivre par une Gardienne… Comme si je n’étais pas assez vieux de même…
-Arrête de te plaindre mon cher ! Moi aussi, j’étais bien chez moi ! Depuis ce temps, je suis obligé de restée réveillée tout le temps pour te surveiller. Et tu ne m’as pas dit merci pour t’avoir sauver la vie !
-C’est toi-même qui dit que c’est ton devoir… Alors, pourquoi te dire merci ?
Je me redressais, indignée.
-Tu saurais, Harry Potter, que j’aurais pu te laisser crever là ! Et j’aurais été libre ! Et arrête de faire ton petit bébé lala, ça ne marchera pas avec moi. On est mieux de s’entendre avant que je décide de te tuer…
Un lourd silence s’installa entre nous deux. J’étais sûre que ma menace allait le laisser silencieux… Bien joué Cam !
Je me couchai à mon tour et regarda le plafond. Je l’entendis respirer calmement, sachant qu’il devait dormir profondément à présent.

_________________
J'ai trouvé l'amour en mon petit elfe, Koga!
Je suis prête à tout pour protéger les gens que j'aime... sachant très bien qu'ils le peuvent par eux-mêmes!
Furet, chien, faucon et loup... mes animaux préférés..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chevaliersdenkidiev.dynamicforum.net
Morgane
Chevalier 1ère génération/admin
avatar

Nombre de messages : 1118
Date d'inscription : 02/12/2005

MessageSujet: Re: Le moi derrière lui/Harry Potter (spoilers 6)   Dim 4 Déc à 21:07

Efficace le copier/coller??????????!!!!!!!!!!!!!!!!!!! lol! lol! lol! Je ne sais pas ce que je serais sans lui!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! lol! lol! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pebsia
Chevalier 1ère génération/admin
avatar

Nombre de messages : 728
Localisation : Quelque part....
Date d'inscription : 02/12/2005

MessageSujet: Re: Le moi derrière lui/Harry Potter (spoilers 6)   Dim 4 Déc à 21:09

mets-en!!
mais Morgane! tu es no where!!
cé mon histoire ici... fak arrête d'écrire!

_________________
J'ai trouvé l'amour en mon petit elfe, Koga!
Je suis prête à tout pour protéger les gens que j'aime... sachant très bien qu'ils le peuvent par eux-mêmes!
Furet, chien, faucon et loup... mes animaux préférés..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chevaliersdenkidiev.dynamicforum.net
Pebsia
Chevalier 1ère génération/admin
avatar

Nombre de messages : 728
Localisation : Quelque part....
Date d'inscription : 02/12/2005

MessageSujet: Re: Le moi derrière lui/Harry Potter (spoilers 6)   Ven 16 Déc à 9:07

chapitre 3

Le soleil se leva et me réveilla. De mauvaise humeur, je me dirigeai vers la salle de bain. Je fis couler l’eau et entra dans le bain. Que ça fait du bien ! Ah ! Harry a du se lever lui aussi. J’entends des bruits de l’autre côté de la porte. Après plusieurs minutes de relaxation, je sortis et remis mes vêtements. Je poussai la porte et vit Harry accoté à la fenêtre. Il se tourna vers moi et se dirigea vers la toilette, sans rien me dire. « Il a du sa lever du mauvais pied… »
Je ne pus me retenir de sourire. Je portai ma main à mon cou, voulant m’assurer que je portais encore mon précieux médaillon. Malheur ! Je ne l’avais plus ! Je regardai ma main. Elle commençait à devenir grise et rude. Me foutant du fait que Harry devait être en train de se laver, j’entrai dans un cou de vent dans la salle de bain. Harry me regarda avec des grands yeux et mit précipitamment une serviette autour de sa taille.
-Hey ! Que fais-tu ?
Je me précipitai vers le bain, maintenant vide. Ouf ! Il était là. Je le pris et le remis autour de mon cou, me sentant soudainement mieux. Je me retournai vers lui et ne put m’empêcher de sourire. « Bien shapé, Harry…. Qu’est-ce que je dis là moi ! »
-Désolé, mais je devais venir chercher mon médaillon.
-Oui, mais tu aurais pu attendre que je sorte !
Tannée de son caractère de cochon, je le plaquai contre le mur et mit ma face au bout de son nez.
-J’ai besoin de ce médaillon, compris ? Il me permet d’être moi-même, et non une folle. Il est toute ma vie.
Encore plus de mauvaise humeur, je quittai la salle de bain et claquai la porte….. qui tomba derrière moi…

PLUS TARD DANS LA JOURNÉE
Je suis assise à la petite table de ma chambre. Je lis le journal. Rien de nouveau. Juste des meurtres. En disant ça à Harry, le jeune m’a crié après et est parti se promener dehors. Veut-il que je verse une larme ? Je jetai le journal par terre et décidai d’aller me promener à mon tour sur le Chemin de Traverse. La journée n’était pas aussi belle que ce matin. Les nuages étaient venus couvrir tout le ciel. Je me dirigeai, bêtement, vers mon magasin préféré. Celui des hiboux ! J’adore les animaux. Ça doit être parce que j,en suis un, un peu… Je poussai la porte et me retrouvait face à face avec le petit, Harry.
-Bonjour le petit frustré. Comptes-tu m’éviter encore longtemps ?
Harry me jeta un regard assassin et me poussa. Je levai les yeux au ciel et le suivis, oubliant l’idée de dire un coucou aux nouveaux hiboux. Je le vis entrer dans le magasin de Quidditch. Mais qu’est-ce qu’il trouve de bon à ce sport ? Voler sur des balais… Bof ! Quand on peut voler sans balai… Malgré moi, je poussai la porte et alla le rejoindre à côté d’un balai…
-Alors, encore en colère ?
-Oui.
-Mais… Mais tu peux parler !
Aussi bien en mettre épais !
-Oui je peux parler…
-Tu te retiens pour ne pas dire autre chose, hein ?
Il me lança un autre de ses fameux regards assassins et se retourna. Je lui pris le bras, l’obligeant à me regarder.
-Ok, j’arrête. On fait la paix maintenant ? Tu n’as pas vraiment le choix… Je vais être avec toi jusqu’à ce que tu meures…
Je lui tendis ma main. Il la regarda de longues minutes et la serra.
-Bon, passons à autres choses. Pourrions-nous sortir ? Ça pue ici…
Regard assassin de sa part.
Regard assassin de ma part.
Sourire d’excuse de sa part.
Grimace de ma part.
Nous sortîmes dehors.
-Bon, où allons-nous ?
Haussement d’épaules de sa part.
-On pourrait aller manger une glace ?
-Ouais…
-Pourrais-tu dire cela avec plus d’enthousiasme ?
-Oui ! Tu es contente ?
Je lu dis une de mes célèbres face de découragée et pris la direction du marchand de glaces. Après les avoir choisi minutieusement, nous allons nous asseoir à une table. Le soleil était revenu… enfin ! Il était temps ! Mais c’est bizarre. Moi qui adore le noir… J’adore le soleil…. Que le monde est bizarre…
Après avoir manger, nous reprîmes la direction de notre chambre, moi quand même heureuse, et le jeune, découragé. Je me couchai sur mon lit, soupirant de bonheur. Harry alla s’asseoir sur le sofa et caressa machinalement sa chouette.
AH ! Cette Hedwige… je la déteste ! Elle a essayé de m’arracher le doigt ! Ok… J’ai lu le courrier du jeune… mais bon… détail…
-Alors le jeune. Que comptes-tu faire demain ?
-je ne sais pas… Pourquoi tu m’appelles le jeune ?
-Parce que tu es plus jeune que moi. C’est logique.
I me regarda de la tête aux pieds.
-Plus vieille ? Tu as l’air de mon âge…
-A l’AIR ! En fait, j’ai environ 150 ans… je suis très jeune…
-Très jeune… très jeune… Tu parles…
-Bon, revenons à tes plans. Quand comptes-tu aller détruire les Hocruxes ?
-Tu… Tu es au courant ?
-Bien sûr ! Je sais tout ! Mais ta petite aventure avec une certaine Chon Chang…
Il fit comme si il n’avait rien entendu, mais je sais très bien que ça a rentré par une oreille sans ressortir…
-Et bien…
Est-ce moi ou bien il semble inquiet ?
-je ne sais pas… J’aimerai retrouvé mes amis avant.
-D’accord ! Alors, demain direction les Weasleys ! On va les retrouver.
-Ouais… j’espère…
Je me levai et lui donnai une claque amicale dans le dos.
-Ne sois pas découragé. Je te dis qu’on va les retrouver. Ils ne doivent pas être loin.
Enfin… je l’espère…

_________________
J'ai trouvé l'amour en mon petit elfe, Koga!
Je suis prête à tout pour protéger les gens que j'aime... sachant très bien qu'ils le peuvent par eux-mêmes!
Furet, chien, faucon et loup... mes animaux préférés..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chevaliersdenkidiev.dynamicforum.net
Pebsia
Chevalier 1ère génération/admin
avatar

Nombre de messages : 728
Localisation : Quelque part....
Date d'inscription : 02/12/2005

MessageSujet: Re: Le moi derrière lui/Harry Potter (spoilers 6)   Ven 16 Déc à 15:02

chapitre 4

Le lendemain est arrivé un peu trop vite à mon goût… Pourquoi je lui ai dis qu’on allait les retrouver ! Ah… Soyons optimiste ! Je saute de mon lit et je regarde le jeune qui dort encore… Les jeunes… J’ouvre sans pitié les rideaux, faisant pénétrer la lumière. J’entends des petits gémissements de sa part. C’est bien !
-Allez debout ! Si tu veux qu’on retrouver tes amis, on ne va pas attendre qu’il fasse noir dehors !
J’arrive à côté de lui et lui enlève ses couvertures, sa source de chaleur.
-Minute… Je vais me lever…
Il repose sa tête sur son oreille et repart dans son monde. Je soupirai.
-D’accord… Les grands moyens alors !
Je fis apparaître un verre d’eau froide, très froide… Vous voyez où je veux en venir ? Oui… Alors, il reçut mon eau en plein dessus.
-QUOI ! MAIS ÇA VA PAS !
-Calme toi le jeune ! C’est le seul moyen de te faire sortir de ton lit.
-Tu aurais pu me dire qu’on allait retrouver mes amis et je me serais levé.
Haussement de sourcils.
-C’est ce que j’ai fait…
-Tu ne l’as pas dit assez fort… Tu as encore du grogner…
Je le ramassa par le col de son chandail et le souleva dans les airs.
-Qu’est-ce que tu as dit ? J’ai mal entendu…
-Rien... Rien…
-Es-tu sûr ? Il me semble avec entendu quelque chose… Peut-être c’était le bruit du vent…
-Oui, c’était ça !
-C’est bizarre… Je n’ai pas ouvert de fenêtre…
Oh ! Il ne sait plus quoi dire ! Je l’ai eu !
-Ah… Fais-moi redescendre s’il te plait.
-D’accord !
Je le laissai tomber. Je me dirigeai vers l’armoire contenant la chose que j’aime le plus… la nourriture.
Je me pris une boîte de dragées surprises. Je n’avais jamais mangé de ça. Bah, essayons. Beurk ! Qu’est-ce que ‘est que ça ! Le jeune regarda mon expression et éclata de rire. C’est ça… ris de moi encore… Tannée, je lui lançai la boîte au complet sur lui et j’allai m’enfermer dans la salle de bain. Je me lançai de l’eau en pleine face, histoire de me rafraîchir. Il m’énerve tellement le jeune…
Doc doc doc…
-Quoi !
-Je dois aller aux toilettes…
Le jeune doit aller aux toilettes… Mouahahaha !!
- Je ne peux pas sortir ! Je suis dans le bain !
Ce qui est totalement faux. Je suis accoté sur le comptoir à compter les boules de poussière qui roulent par terre.
-S’il te plait !
-Bah non désolé…
Je me retiens pour ne pas rire.


Finalement, il eut droit à sa halte toilette après avoir failli défoncer la porte…
Maintenant, nous sommes en route vers la maison des Weasley, moi devant, protégeant le petit.
Une fois rendu, je poussai la porte et ne trouva aucune trace de gros monstres. Harry se mit à chercher partout, à la recherche d’indice. Il me fait presque penser à un chien… Moi, je tourne sur place, essayant de refaire une image de ce qui aurait pu se passer. Ah… Un coup de griffes sur l’armoire. Un autre sur la table… Des grosses griffes en plus… Ce n’est certainement pas un écureuil qui était venu les enlever. C’est plus gros… plus gros qu’un loup, mais ressemblant…
-J’ai une bonne nouvelle et une mauvaise.
Harry se tourna vers moi.
-Dit la bonne.
-Et bien, je sais qui les a enlevé.
-Et c’est qui ? dit-il avec un peu de joie.
-C’est la mauvaise nouvelle. C’est sûrement un loup-garou.
-QUOI ! Non… C’est… C’est impossible…
Les larmes commencèrent à couler sur ses joues. Je m’approchai de lui et le prit dans mes bras.
-Hey… Ne pleure pas le jeune. Je suis sûre que je suis capable de retrouver les traces des loups-garous. On les suivra et on le sauvera.
-Oui, mais peut-être qu’il est trop tard…
-Mais vaut mieux essayer ! Allez viens !

Je lui pris la main et nous sortîmes de la maison. Moi-même, je dois l’avouer, ne trouve ça guère joyeux. Des loups-garous… J’en ai vu une fois… Mais maintenant, ça va faire deux…

_________________
J'ai trouvé l'amour en mon petit elfe, Koga!
Je suis prête à tout pour protéger les gens que j'aime... sachant très bien qu'ils le peuvent par eux-mêmes!
Furet, chien, faucon et loup... mes animaux préférés..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chevaliersdenkidiev.dynamicforum.net
Pebsia
Chevalier 1ère génération/admin
avatar

Nombre de messages : 728
Localisation : Quelque part....
Date d'inscription : 02/12/2005

MessageSujet: Re: Le moi derrière lui/Harry Potter (spoilers 6)   Mer 28 Déc à 12:16

chapitre 5

Ce que j’avais dit s’avéra exacte. Je pus suivre très facilement les traces de ce loup-garou. Il sent tellement fort… Le jeune, derrière moi, n’arrête pas de jeter des regards inquiets autour de lui lorsqu’on rentre dans la forêt.
-Calme-toi derrière… Tu claques tellement fort des dents qu’on doit nous entendre à des kilomètres…
Harry hocha la tête et prend de grandes respirations. Mais… C’est la première fois qu’il ne réplique pas ! On commence à bien s’entendre…
Je m’arrêtai soudainement de marcher et Harry qui avait la tête ailleurs, me fonça dedans.
-Pourquoi tu t’arrêtes ?
-Parce qu’on est arrivé… Mais je ne vois rien… Aucun semblant de campement, rien. Et c’est trop silencieux…
J’avançai de quelques pas et quel ne fut pas ma surprise de me faire sauter dessus par une grosse bébite à poils. J’envoyai valser le loup-garou contre un arbre et me précipitai vers Harry.
-Bon, on est arrivé. Il ne doit pas tout seul… Sort ta baguette et vise les yeux. Si tu es mal pris, cris !
Je me retournai et vis… beaucoup de loup-garou… Pourquoi fallait-il que se soit la pleine lune aujourd’hui !!! Tannée de rester là à rien faire, je me lançai joyeusement dans leurs bras. Façon de parler bien sûr…
Pendant que la plupart essayaient désespérément de me retenir, quelques uns allaient vers Harry. Vous voulez mon avis ? Le jeune se débrouille très bien ! Je ne pouvais pas tuer ces personnes là… Donc, je les projetais contre les arbres, où ils restaient… Après avoir envoyer valser le dernier, je passa mes mains sur mes vêtements pour enlever la poussière. Je me tournai vers Harry qui semblait un peu essoufflé.
-Ça va ?
-Oui… Sais-tu où ils ont mis les Weasley ?
-Eh… Attends un peu…
Je fermai mes yeux et reniflai l’air. Je tournai en rond, essayant de reconnaître une odeur familière. Et voilà ! J’ouvrai les yeux.
-Oui, ils sont sous terre…
-Ah… Et comment on va se rendre sous terre ?
-Bonne question.
Harry soupira et se mit à faire les cents pas, les yeux rivés sur le gazon. Je me dirigeai vers une roche pour m’y asseoir… mais je n’atteignis jamais la roche…
-AAHH !!
Harry se retourna et me vit tomber dans un trou. Il se précipita vers le rebord.
-Ça va ? Est-ce que tu m’entends ?
-Oui ça va… Et bien… J’ai trouvé le moyen de descendre ! Saute !
Harry tomba à côté de moi, dans la paille. Il se releva péniblement et me tendit la main que je pris. Je me redressa et regarda autour de moi.
-Mmm… Douteux comme endroit…
L’eau ruisselait le long des murs de roche. La paille moisie dans laquelle on était tombé était entassée dans un petit coin. Des restes de petits animaux étaient étalés par terre. Mais le plus ark, c’était l’odeur de moisissure… Je me bouchais le nez et me tournai vers le jeune qui avait fait comme moi.
-On avance ?
Nous entrons dans le petit tunnel. Il fait noir et trop silencieux… Harry avait passé en premier, à son grand déplaisir… Moi, toute joyeuse en arrière, pouvais avancer tranquillement sans se préoccuper de tomber face à face avec un monstre poilu… Mais j’y pense !
-Hey le jeune ! À bien y penser… Les loups-garous vont être à leur état humain. Les rayons de la lune ne passent pas au travers de la roche. On va pouvoir négocier.
-TU vas pouvoir négocier… Je préfère encore mieux l’action que le bla bla bla.
-PAH ! Mets-en… Mais la plupart du temps, tu ne penses pas avant d’agir…
Le jeune s’arrêta et se tourna vers moi.
-J’étais jeune…
L’excuse…
-Tu aurais pu trouver quelque chose de meilleur que ça… franchement… Tu me désoles…
-C’est ça…
Il se retourna et continua à avancer. Finalement, nous débouchâmes dans une immense salle. Harry se redressa et sortit sa baguette. Moi je fis de même, mais sans prendre ma baguette… Ça me serait inutile et je n’en ai pas…
Je passai devant le jeune et avançai un milieu de la salle. Je sentais les gens qui nous regardaient. Finalement, un grand homme vint à notre rencontre. Il était couvert de cicatrices. Ark…
-Que voulez-vous étrangers ?
-Nous sommes à la recherche de la famille de l’ami du jeune.
L’homme jeta un coup d’œil à Harry et haussa les sourcils.
-Il n’y a pas de famille ici, seulement des loups-garous.
-Ça je le sait, mais j’ai senti leur odeur.
-Qui es-tu pour sentir une odeur parmi les nôtres ?
Ah, ça il faut dire que c’était du travail…
-J’ai un bon flaire…
-Mais il doit vous avoir faire faux bon. Il n’y a aucune famille dans ce repère.
-Ah oui ?
Là, je commençais à me pomper. Je n’avais pas juste ça à faire !!
-Vous saurez que je suis une Gardienne et que mon flaire ne m’a jamais fait défaut ! Vous allez me dire où vous les avez mis ou bien je vais devoir tous vous tuer ?!?!
-Ils sont là bas…
Il me pointa la porte couverte de moisissure.
-Merci.
Je me dirigeai vers cette porte et l’arracha d’un geste de la main. Ah ! Voilà les Weasley !
-Bon, vous êtes là ! Dépêchez-vous à sortir !
Ils ne bougeaient pas d’un cheveu… Harry arriva derrière moi et leur sourit.
-Harry !
C’était la petite madame qui avait crié lorsqu’elle vit le jeune. Je soupirai et me tassa. Tout le monde voulait remercier Harry. Et moi dans tout ça ? Je me retournai et fit la bande de loups-garous pas trop contents qu’on parte avec leur dîner…
-Les salutations pour plus tard… On a un problème sur les bras…
Harry se retourna et avala difficilement. Il se libéra des Weasley et vint se positionner à côté de moi. Il tendit sa baguette, prêt à affronter avec moi. Pas mal… Mais je n’ai pas besoin de lui.
-Ça va aller le jeune… Sors avec tes amis. Je m’occupe d’eux.
Harry hocha la tête et partit en courant, suivis des Weasley. Je plaquai les loups-garous humains conte le mur, les empêchant de partir après eux. Lorsqu’ils furent assez loin, je les libéra et me mit devant eux.
-Alors les gars… Comment allez-vous ?
Ils sautèrent tous dessus moi. Je projetai un contre une colonne qui se mit à trembler dangereusement. Elle finit par tomber, amenant avec elle la plus grande partie du plafond… Les loups-garous se mirent à courir pour s’abriter.
Je finis par courir vers le tunnel, mais ne put sortir avant l’effondrement…


Harry sortit avec les Weasley dehors. Il les regarda rapidement. Il n’avait pas trop l’air mal en point. Ginny vint lui sauter dans les bras.
-Merci Harry ! Tu nous as tous sauvé.
-Je n’étais pas tout seul…
Le sol se mit à trembler. Harry déposa Ginny.
-Vite ! Courez !
Ils se mirent tous à courir, évitant de tomber avec le sol. Un nuage de poussière s’éleva, empêchant toute vision. Après quelques minutes, Harry put voir ce qui s’était passé. Le plafond de la grotte s’était effondré. Il regarda autour de lui, espérant voir Camélia sortir, toute souriante. Mais non…
-Cam… Cam ! CAM !!
Harry se précipita vers l’immense trou, mais fut retenu par Ron et Ginny.
-Non, n’y va pas !
-Mais elle doit être vivante ! Elle ne peut pas mourir !
Harry tomba par terre et ferma les yeux. Ginny se pencha et le prit dans ses bras. Le reste de la famille resta là, sans savoir quoi faire…

_________________
J'ai trouvé l'amour en mon petit elfe, Koga!
Je suis prête à tout pour protéger les gens que j'aime... sachant très bien qu'ils le peuvent par eux-mêmes!
Furet, chien, faucon et loup... mes animaux préférés..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chevaliersdenkidiev.dynamicforum.net
Pebsia
Chevalier 1ère génération/admin
avatar

Nombre de messages : 728
Localisation : Quelque part....
Date d'inscription : 02/12/2005

MessageSujet: Re: Le moi derrière lui/Harry Potter (spoilers 6)   Ven 30 Déc à 10:56

chapitre 6

Harry se releva péniblement. Il secoua la tête et se retourna.
-Allons-nous en…
Ron prit son ami par les épaules et toute la famille partir.
Après plusieurs longues minutes de marche, ils arrivèrent à leur maison. Molly poussa la porte, laissant les jeunes entrer en premier. Harry s’assit sur le divan du salon et mit sa tête dans ses mains, abattu. Ginny s’assit à côté de lui et le prit dans ses bras.
-Ça va aller Harry ?
-Oui…
-C’était qui cette fille ?
-Ma Gardienne.
-Quoi ! s’exclame Ron. Tu n’es pas assez vieux pour te garder toi-même ?
-Ron ! Une Gardienne de même est sensée me protéger. Mais… Elle ne devait pas partir tout de suite… Savez-vous pourquoi ces loups-garous vous ont enlevés ?
-Sûrement pour manger… dit Ginny. Ils étaient plusieurs en bas. Et à les entendre, ils avaient l’air à avoir faim. Mais nous étions là depuis… maximum 2 jours. Nous n’avons pas eu le temps d’être mangé. Personne n’a rien…
-Bon, maintenant, je vais nous faire du thé, histoire de se remonter un peu le moral, dit Molly.
Elle se leva et partit vers la cuisine. Fred et George la suivirent. Arthur monta aux étages pour aller chercher quelque chose…

Molly revint quelques minutes avec les tasses de thé. Tout le monde se mit à boire silencieusement. Finalement, toute la famille dormit dans le salon. Harry ne dormait pas. Il se leva et sortit dehors. Il se coucha dans le gazon et observa les étoiles. Il se remit à penser à Camélia et sentit ses yeux commencer à lui chauffer. Il chassa ses souvenirs de sa tête. Un bruit retentit derrière lui. Harry se redressa, baguette sortie. Il vit Ginny se diriger vers lui. Il lui sourit et elle se coucha à côté de lui.
-Tu as de la difficulté à dormir ?
-Oui… Je pense trop à Camélia…
-Je suis sûre qu’elle n’est pas morte… Tu le dis toi-même qu’elle ne pouvait pas mourir.
-Oui, je sais… Mais quand même…
-Harry, arrête s’il te plait. Elle va revenir. Laisse lui du temps.
Ginny serra Harry contre elle, déposant sa tête sur son épaule. Harry passa ses bras autour d’elle et soupira. Il passa sa main dans les cheveux de Ginny.
-Je t’aime Ginny… Et je ne veux pas que quelque chose t’arrive.
-Moi aussi Harry, mais si rien ne m’arrive, que veux-tu qu’il m’arrive dans la vie ? Je n’ai pas peur. Même au contre, je veux me battre. Ils vont payer pour ce qu’ils ont fait…
-Ah oui ? Moi est-ce que je vais payer si je me mets à te chatouiller ?
Harry se mit à chatouiller Ginny partout. Elle essaya de se libérer des bras de Harry, mais en vain. Elle éclata de rire et se mit à donner des coups pour qu’il la libère.
-Harry ! Arrête !
Harry la lâcha, à son grand plaisir. Ginny se leva d’un bond et partit en courant vers la maison. Il la regarda partir et soupira. Il reporta son attention sur les étoiles.



Ça sent mauvais… très mauvais… J’ai la main sur quelques choses de poilus… De poilus ?!?! ARK ! J’essaie de me relever, mais je ne suis pas capable… Il y a une grosse roche au dessus de moi. Tannée d’avoir le dos en compote et en plus, ça me pique sur le bras, je me transforme en dragon, me permettant enfin de me libérer. Une fois à l’air libre, je reprends ma forme que j’aime tant, humaine.
Je réussis à repérer Harry chez les Weasley. Au moins, il est vivant. C’est bon signe ! Je porte ma main à mon cou… Bon, encore perdue mon médaillon. Je regarde autour de lui, rapidement. Il est où ??!! Sentant que je suis en train de perdre mon contrôler, j’essaie mon dernier secours. Je tends la main, espérant voir mon médaillon sortir des décombres et m’atterrir dans la main. Et bien, c’est ce qui se passa. Ouf ! Je le remets autour de mon cou et me ressens à nouveau moi… si vous comprenez ce que je veux dire… Bon direction Harry !




BANG ! Harry se leva d’un bond et vit une partie de la maison s’effondrer. Il se précipita vers le reste de la maison. Il trouva une ouverture qui mène au salon qui n’est heureusement pas encore touché. Harry entra et vit Ginny dans les bras de son frère.
-Ron ! Ginny ! Venez !
Les trois amis sortirent juste avant le bang finalement. La maison tomba. Ron et Ginny la regardèrent, les larmes aux yeux. Harry vit plus au loin des formes sombres partir. Il lança un «stupéfix» qui toucha un des deux ombres. L’autre se retourna et vit les enfants. Elle s’approcha encore plus, jusqu’à ce qu’elle arrive à côté d’eux. Un Mangemort… en plein se qu’il nous fallait… Il lança un sort que le Mangemort dévia. Ginny et Ron sortir leurs baguettes et attaquèrent les deux en même temps… Le mangemort tomba à terre, inconscient. Les trois amis se regardèrent et partirent en courant vers la maison. Ron et Ginny commencèrent à déplacer des poutres pour leur faire un passage. Harry tendit la baguette et, d’une force qu’il ne se connaissait pas, souleva toutes les poutres. Ron se retourna vers lui et le regarda.
-Comment tu fais ?
-Je ne sais pas, mais dépêche-toi !
Après quelques minutes, Ron et Ginny ressortirent avec les parents et leurs frères. Ils les déposèrent plus loin dans le gazon. Harry, avec soulagement, laissa tomber les poutres qui tombèrent bruyamment. Il alla rejoindre ses amis.
-Est-ce qu’ils vont bien ?
-Je ne sais pas trop…
Ginny éclata en sanglots. Ron la prit dans ses bras et essaya de la consoler.
-Bon, nous allons les amener à Ste-Mangouste.
-Comment ? Harry, on est les deux seuls qui peuvent transplaner ici.
-Bien… Je vais me rendre là-bas avec quelqu’un et je reviendrais. Toi et Ginny, restez ici pour surveiller.
-Mais, tu vas te fatiguer…
-Laisse Ron. J’ai déjà connu pire…
Harry prit Fred et George dans ses bras et se concentra. Il apparut dans la salle d’attente de l’hôpital. Une dame accourut vers lui.
-Tenez. Je vais revenir avec d’autres blessés.
Elle hocha la tête et avant qu’elle ait pu demander quoi que se soit, Harry était déjà parti. Il revint quelques minutes plus tard avec Arthur et Molly dans les bras. Ron apparut à son tour avec sa sœur. Harry les déposa sur les lits qui les attendaient. Il s’assit sur une chaise, la tête qui lui tournait.
-Harry, ça va ?
-Oui…
Harry tomba par terre inconscient.


Bon… Harry est dans les pommes… Bravo ! Je pousse une branche et aperçoit la maison des… QUOI ! Mais, qu’est-ce qui s’est passé ici ?? Je me précipite en courant vers les décombres. Comment j’ai pu ne rien sentir ? Je regarde autour de moi. Personne… Mais attendez ! C’est quoi cette petite ombre qui se met à bouger là-bas ? Je m’y rends en courant et je vis à mon grand plaisir, un Mangemort. Je le prends par le col et le mets à quelques centimètres de mon visage.
-Où sont-ils passés ?
-Hein ? Quoi ? De qui tu parles ? Mais relâche-moi !
-Je n’ai pas d’ordres de recevoir de toi ! Je parle de Harry et de ses amis ! Qu’est-ce que tu leur as fait !
-Rien justement…
-Menteur !
-Bah quoi ! C’est vrai !
-Ah… Et pourquoi tu étais ici ?
-Penses-tu que je vais te le dire ?
Regard meurtrier de ma part.
Après quelques minutes, il voulut parler…
-Ok ! Je vais te le dire ! Le Seigneur des Ténèbres…
-Ah pitié ! Arrêtez avec vos gros noms pour désigner Voldemort.
-Ne dit pas son nom ! Il nous a envoyé pour détruire cette maison. Il avait envoyé les loups-garous pour qu’ils prennent les Weasley ! On devait détruire la maison, tuant ici les derniers espoirs à Potter de retrouver ses amis.
-Mais vous n’avez pas fait assez vite ! Donc, il était là quand vous avez détruit la maison et il vous a attaqué avant que vous puissiez faire quelque chose.
-Ouais…
-Mais vous êtes nuls !
Je le stupéfiai d’un geste de la main et le laissai tomber. Bon, comment retrouvez Harry ? Il peut être n’importe où. Me mettre à sonder partout va me prendre beaucoup de temps et d’énergie… Soyons logique ! Le seul endroit où il peut être c’est à Ste-Mangouste ! Je transplanai.

J’arrivai dans la salle du hall d’entrée. Une vieille dame s’approcha de moi.
-Êtes-vous blessée ?
-Non. Je viens retrouver mon ami. Il devait être avec d’autres gens, des roux.
-Ah oui !
Elle se dirigea vers son comptoir et chercha le numéro de chambre.
-C’est la chambre 14 au 1er étage.
-Merci.
Je me dirigeai joyeusement vers les escaliers. Pas questions de prendre ce qui ressemble à un ascenseur…
Chambre 11, 12, 13, 14 ! Bon, je cogne ou je rentre… Je poussai la porte et entrai dans la chambre. Il y en avait du monde ici ! Mais seulement deux n’étaient pas dans un lit… Le roux se tournait vers moi et me regarda.
-Harry est dans le coin là-bas.
Je me dirigeai vers le lit du jeune. Je passai ma main au dessus de lui, contente de voir qu’il n’a rien de grave. Je me fis apparaître une chaise et m’assit à côté de mon petit protégé. Après quelques minutes longues et pénibles, il ouvra enfin les yeux.
-Bon, enfin tu te réveils !
Il me regarda et son cerveau me reconnut.
-Cam !
Cam ? Mais qu’est-ce que c‘est que ça ! Bof… Ou moins… Il me donne un petit surnom… Il se jeta dans mes bras, à ma grande surprise.
-Je t’ai si manqué que ça ?
-J’étais sûr que tu étais morte !
-Paf… Tu me crois si faible que ça ? Ne me sou estime pas.
-Je suis content que tu sois là.
-Moi aussi je suis contente d’être là. Disons que aplatie sous une roche ne faire guère de bien à un dos.
Harry me sourit et s’étira. Il déposa sa tête sur l’oreiller et se rendormit, le sourire aux lèvres. Je le regardai dormir, toute contente. J’allai voir les autres occupants de la pièce.
-Est-ce que tu sais s’ils vont s’en remettre ?
C’était la petite fille qui venait de me parler. Je passai rapidement ma main au dessus d’eux.
-Oui. Ils n’ont rien de grave, juste sonnés. Tu n’as pas à t’inquiéter. Sais-tu pourquoi le jeune est si fatigué ?
-Il a transplané de chez nous avec mes parents et mes frères sur le dos.
-Ah… Pour vrai ?
-Oui.
Il me surprendra toujours ce petit Harry.
Bon, tout est bien qui finit bien. Je n’ai pas été longtemps loin de lui, mais juste assez pour paniquer. Maintenant que je l’ai retrouvé, qu’il va bien et que je vais relativement bien, je peux me reposer sur mes deux oreilles.

_________________
J'ai trouvé l'amour en mon petit elfe, Koga!
Je suis prête à tout pour protéger les gens que j'aime... sachant très bien qu'ils le peuvent par eux-mêmes!
Furet, chien, faucon et loup... mes animaux préférés..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chevaliersdenkidiev.dynamicforum.net
Pebsia
Chevalier 1ère génération/admin
avatar

Nombre de messages : 728
Localisation : Quelque part....
Date d'inscription : 02/12/2005

MessageSujet: Re: Le moi derrière lui/Harry Potter (spoilers 6)   Mar 3 Jan à 12:14

CHAPITRE 7
-Non ! Tu ne peux pas ! Tu vas rester avec nous ! Et vous aussi !
Ah… on ne peut pas avoir la paix ici ?!? Pourquoi est-ce que la petite madame crie ? Curieuse, j’ouvre les yeux. La tite madame pointe Harry, Ron, Ginny et une autre fille du doigt. Je me lève et me place devant Harry.
-Qu’est-ce que se passe ici ? Savez-vous qu’on est dans un hôpital ? on ne crie pas de même…
-Ils veulent partir !
Je me tourne vers Harry.
-Eh…
-Et bien, je dois aller chercher les Hocruxes, mais Mme Weasley ne veut pas me laisser y partir.
-Et nous aussi on vient avec toi Harry, dit Ron.
-Non ! J’y vais tout seul !
-On ne va pas te laisser partir ! Tu as besoin de nous ! s’exclama la fille que je ne connais pas.
-Personne ne partira ! déclara Molly.
-Mais je dois partir !
-SILENCE !
J’envoyai tout le monde valser contre le mur d’un geste de la main. Je soupirai et me dirigeai vers la chère petite madame que j’aime tant.
-Vous ! Vous n’avez pas d’ordre à donner à Harry. Je suis la seule qui le peut ! Il doit partir ! Ses Hocruxes sont essentiels à la destruction de Voldemort. Laissez le partir, je le surveille. Je n’ai pas le choix d’être avec lui… Donc, foutez-lui la paix ! Et vous trois !
Je me tournai vers les amis du jeune.
-Si vous voulez venir, vous pouvez !
Harry me regarda comme si j’étais une folle…
-Mais non ! Je ne veux pas qu’ils viennent !
-Le jeune ! Chut ! Je décide ici. Je pense que trois personnes à surveiller de plus ne vont pas me tuer. Je vais être là pour vous protéger.
-Mais…
-Ah vous là !
Je l’aime de moins en moins cette petite madame.
-Mon travail est de protéger. Vous enfants ne peuvent rien avec moi. Ne vous inquiétez pas.
Je me tournai vers Harry.
-Bon le jeune, quand veux-tu partir ?
-Ah… Eh… Je ne sais pas…
-Et bien, allons-y maintenant !
Je claquai des doigts et leurs affaires apparurent. Je les rapetissai et les mit dans ma poche. Je saluai la famille et quitta la chambre.
Ce fut long, même très long avant que les jeunes vinrent me rejoindre. Une fois dehors, je m’étirai.
-Bon, où allons-nous ?
-Je ne sais pas…
Je passai ma main sur mon visage, découragée.
-C’est bien… Allons chez moi, histoire de faire des plans.

Ma maison ! Enfin ! Petite, mais parfaite pour moi. Je fis entrer les jeunes et refermai la porte. Je déposai leurs affaires dans le salon, seule pièce où ils peuvent dormir.
-Désolée de devoir vous dire ça, mais vous allez devoir dormir dans le salon… Ma chambre n’est pas assez grande.
-Pas grave.
-Parfait !
Je m’assis sur le sofa, imitée par les autres.
-Bon, je vais me présenter pour ceux qui ne me connaissent pas. Je suis Camélia, Gardienne de Harry.
-Tu es une Gardienne ?
Je regardai la fille qui devait avoir le même âge que Harry.
-Oui… Toi, tu es ?
-Hermione Granger.
-Ah… Heureuse de te connaître. Vous, vous êtes Ron et Ginny. Et voilà, je vous connais !
-J’ai tellement lu sur les Gardiens.
Bon, une petite miss je sais tout… Ça m’exaspère…
-Vous êtes parmi les créatures les plus puissantes !
-QUOI ! TU ME TRAITES DE CRÉATURE !
Je me levai d’un bond et me préparai à sauter sur cette (censuré…). Harry me prit le bras et me tira vers lui.
-Calme-toi ! Ce n’est pas ce que Hermione voulait dire.
Je pris une grande respiration. Il fallait que je me calme… Je commençais à devenir ce que je veux à tout prix enterrer. Je lançai un dernier regard vers Hermione et me rassis. Harry me lâcha et s’assit à côté de moi… Il n’est pas fou…

Après un bon souper… bon ok… pas trop un bon souper… sans faire par exprès… d’accord… en faisant par exprès, j’ai renversé la soupe sur Hermione… renversé est un bien gros mot… d’accord, d’accord ! Je lui ai lancé dessus… Mais elle l’avait mérité ! Passons…
C’était l’heure d’aller se coucher. Les jeunes avaient préparé leurs couvertures pour dormir. Moi, plus heureuse que jamais de pouvoir retrouver mon cher lit adoré, entrai dans ma chambre. Je me couchai sur mon lit et m’ «endormis».
Mais je me réveillai en plein milieu de la nuit, sentant une immense joie en moi.
Je sautai de mon lit et me dirigeai vers le salon. Hermione et Ron dormaient paisiblement. Harry et Ginny n’étaient pas là. J’entrai dans la cuisine et jetai un coup d’œil par la fenêtre. Ils étaient dehors… en train de…
Je me rapprochai encore plus de la fenêtre pour mieux voir. Ben oui ! En train de s’embrasser langoureusement sous mon arbre préféré… Je soupirai… Ah ! L’amour ! Le seul amour de ma vie finit en pendu… sous mes yeux…
Ne voulant surtout pas pleurer, je retournai dans ma chambre où je puis verser toutes les larmes que je voulais.

-Cam ! Réveilles-toi !
Comme si je dormais… Le jeune devrait savoir que je ne dors pas…
-Harry, les Gardiens ne dorment jamais. Ils reprennent de l’énergie…
Pas elle… je me levai d’un bond.
-Ça va, je pense qu’il a compris.
Je les poussai pour me faire un chemin. J’entrai dans la salle de bain. Je commençai une bataille acharnée contre mes cheveux. Sans le voir, Harry était entré et se tenait à côté de moi.
-Tu as besoin d’aide ?
-AH !! Tu m’as fait peur…
-Pour vrai ?
-Non.
-Ah…
Qu’il peut être naïf des fois…
-Qu’est-ce que tu veux ?
-Je voudrais te demander d’arrêter d’insulter mon amie.
-Je ne l’insulte pas.
-D’accord… Alors, fou-lui la paix !
Je me retournai, brosse en main, regard assassin.
-Non.
-Laisse la tranquille !
-Je t’ai dis NON ! C’est peut-être ton amie, mais moi je ne l’aime pas…
-Pis ! C’est mon amie ! Ça parait que tu n’as jamais eu d’amie…
Je le plaquai conte le mur et lui sacra mon poing au visage.
-FERME LA ! TU NE SAIS PAS CE QUE TU DIS !
Je le laissai tomber et sortir, passant devant ses amis qui me regardaient bizarrement. Je sais… Mon visage a du virer gris et dégueulasse… C’est ma vraie nature… Détail…
Je rentrai dans ma chambre et claquai la porte. Il ne savait pas de quoi il parle… J’en ai eu des amies ! Ce n’est pas parce que je ne suis pas humaine que je n’ai pas le droit d’aimer ! Je me jetai sur mon lit et me calmai… en tout cas… essaya…


Harry se releva péniblement. Le sang lui coulait abondamment sur la joue. Ginny se précipita à côté de lui et l’aida à ce relever. Elle l’assit sur le rebord du bain et se mit à chercher pour une serviette. Elle finit par en trouver une. Elle la déposa sur la joue de Harry et l’embrassa tendrement sur son autre joue.
-Ça va aller ?
-Non.
Ginny s’assit à côté de lui et mit sa tête sur son épaule. Elle passa sa main dans ses cheveux.
-Ginny, tu sais très bien que je ne veux pas…
-Tu ne t’es pas gêné hier.
Silence.
-Je ne sais pas ce qui m’a pris.
Ginny le regarda et lui sacra une gifle. Elle le laissa là, tout seul dans la salle de bain.
Ron et Hermione étaient assis dans le salon lorsqu’ils firent passé Ginny. Elle sortit dehors en claquant la porte. Ron regarda Hermione et alla voir Harry.
Il poussa la porte et vit son ami par terre, la tête dans les mains. Il s’agenoua à ses côtés et mit sa main sur son bras.
-Qu’est-ce qui se passe Harry ?
-Je ne suis qu’un idiot…
-Pourquoi dis-tu ça ?
-J’ai mis Cam contre moi et Ginny est en colère.
-Qu’est-ce que tu as fait à ma sœur ?
-Ne te met pas en colère toi aussi… Tout est de ma faute… Je vais devoir tout arranger.
-J’espère…
Ron se leva et quitta la salle de bain.


A mon grand étonnement, je réussis à me calmer !
C’est un miracle de la vie !
Je me levai de mon lit et sortit de ma chambre. Ron et Hermione sont assis dans le salon, en train de se parler. Je leur souris et entrai dans la cuisine. Je vis Ginny dehors. Je doute alors que le jeune est encore dans la salle de bain. Je me rendis devant la porte et cognai.
-Quoi ?
-Je peux entrer ?
Aucune réponse… Ça doit vouloir dire oui ! Je poussai la porte et la refermai derrière moi. Je m’assis à côté du jeune et attendis qu’il dise quelque chose…
-Je ne t’ai pas dis si tu pouvais entrer…
Pas vraiment la chose que je voulais entendre…
-Je suis chez moi je te ferais remarqué.
-D’accord… Je m’excuse… Je n’aurais pas du dire ça. Ce n’est pas de mes affaires.
-Que tu apprends vite !
-Tu ne m’en veux pas trop ?
-Bien non ! Maintenant que tu t’es excusé.
Harry me regarda et me sourit. Je lui rendis son sourire et le prit dans mes bras.
-Tu devrais aller parler à Ginny.
Harry hocha la tête et se leva. Il sortit et se rendit dehors. Je me levai à mon tour, mais ne sortit pas. Je me remit à penser à… de mauvais souvenirs…
Au moins, Harry n’en sait rien…

_________________
J'ai trouvé l'amour en mon petit elfe, Koga!
Je suis prête à tout pour protéger les gens que j'aime... sachant très bien qu'ils le peuvent par eux-mêmes!
Furet, chien, faucon et loup... mes animaux préférés..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chevaliersdenkidiev.dynamicforum.net
Pebsia
Chevalier 1ère génération/admin
avatar

Nombre de messages : 728
Localisation : Quelque part....
Date d'inscription : 02/12/2005

MessageSujet: Re: Le moi derrière lui/Harry Potter (spoilers 6)   Mar 3 Jan à 12:14

CHAPITRE 8

J’ai fini par faire un vide total dans ma tête. Je repars la journée, le cœur léger et nouveau. Harry ne se faisait plus engueuler par n’importe qui. L’ordre était revenu dans ma petite maison. Le matin se leva et me dirigea joyeusement vers ma cuisine. Je fis un petit déjeuner pour tout le monde. Peu à peu, les jeunes entrèrent dans la pièce, les yeux encore tous endormis. Je les servis et m’assis à côté de Harry.
-Bon parlons de choses sérieuses.
Harry se redressa légèrement sur sa chaise et me regarda, inquiet.
-Je sais très bien que Harry n’a aucune espèce d’idées où on doit commencer… Mais commence à nous dire tout ce que tu sais, ça pourrait nous aider.
Harry se mit à raconter tout ce que Dumbledore lui avait parlé. Intéressant… Il n’est vraiment pas fou ce Voldemort. Après son histoire, le silence s’abattit dans la pièce. Hermione se leva et se mit à faire les cents pas. Moi, je fermai les yeux. J’ai mieux me retrouver en moi que de regarder cette petite fo… fille marcher.
-Bon… C’est pas trop bien parti… Peut-être que si… nah…
J’ouvrai les yeux et regarda bêtement Hermione.
-Quoi ? Tu pourrais le dire.
-Si Voldemort prend les Hocruxes pour les objets qu’il aime… C’est difficile à expliquer… Les endroits, il doit y être aller avant…
-Donc, peut-être qu’il a caché un Hocruxe dans la maison des Potter !
J’étais tellement fière de ma logique. Je jetai un coup vers le jeune qui semblait peu enthousiasme à l’idée de retourner où ses parents étaient morts… Je le comprends…
-Allez Harry ! Pense-y. C’est pour ton bien qu’on fait ça.
-…
-Oh ! Quand même ! Je te pensais plus courageux que ça !
-Je ne suis pas peureux. C’est que…
-Ouin… Je te comprends le jeune…
Harry me regarda. Il ne semblait pas me croire…
-Longue histoire… Mais en premier, allons à ton ancienne maison !

Méchante maison… Elle était sûrement plus belle avant, mais quand même… quand on regarde la taille de cette baraque, la mienne fait pitié… Je me tournai vers les jeunes. J’étais inquiète pour eux, mais surtout pour Harry. Il regardait la maison, une lueur étrange dans les yeux. Je soupirai et me dirigeai vers la porte… ouin… la porte est à terre… Donc je franchis le cadre de porte, suivie par les jeunes. La noirceur nous entourâmes rapidement. Je fis apparaître une petite flamme dans le creux de ma main. Je pris des bouts de bois qui traînait et fis des torches pour mes compagnons. Je gardai Harry proche de moi… au cas où… Je grimpai les escaliers, essayant de faire le moins de bruit… C’est difficile… Je marchai dans l’immense couloir quand je vis une chambre… d’enfant… je poussai lentement la porte, découvrant la chambre de bébé.
Harry passa à côté de moi et se dirigea vers le berceau. Il tomba à genou et pleura silencieusement. Ginny s’accota à ses côtés et le prit dans ses bras. Pendant ce temps, je fis rapidement le tour de la chambre. Si Voldemort avait caché un Hocruxe ici, il y aurait de la haute magie… je pourrais la sentir… Mais non. Juste une vieille magie qui rôde autour de la maison, sûrement la permettant de rester debout et empêchant les Moldus de rentrer… Je passai ma main sur le mur où était accrochées des photos de la famille Potter. Il y en avait une de Lily et James tenant de leurs bras bébé Harry. Je passai ma main sur celle-ci et fus soudainement projetée contre le mur. Là, je sens la magie noire… Je me relevai.
-Bon. J’ai trouvé.
Harry se redressa, essuyant du revers de sa main ses larmes.
-L’Hocruxe ?
-Non, mais le chemin qui va nous guider.
Je pointai la photo en question. Harry s’approcha lentement et passa sa main sur la photo. Elle devint d’une blancheur incroyable et disparut. Harry se tourna vers moi et haussa les épaules… avant de disparaître à son tour.
-HARRY !
Je me précipitai vers l’endroit où il était. La magie noire… Mais je ne savais pas quoi faire… Je suis puissante, mais pas à ce point là !
-Qu’est-ce qu’on fait ? Où était-il allé ?
La petite semblait sur le point de s’évanouir. Je me dirigeai vers elle.
-Je ne sais pas quoi faire, mais seul Harry peut se sortir de là… Il est le seul à pouvoir y entrer et y sortir…
Je m’assis par terre.
-Attendons…


Harry ouvra péniblement les yeux. La pièce était grande et blanche. La pièce ressemblait plus à une chambre d’enfant. Il avança tranquillement vers la table la plus proche. Il prit la feuille et lut.
Bonjour à toi mon chéri
Je suis partie chercher quelques petites choses pour la chambre du petit.
Je reviendrais bientôt.
Lily –xxx-

Harry regarda autour de lui. C’était sa chambre, avant la mort de ses parents. La porte s’ouvrit, laissant entrer un homme ressemblant à Harry comme deux gouttes d’eau. Il alla ouvrir la fenêtre. Une douce briser d’été entra dans la chambre. Harry s’assit sur le fauteuil et soupira. Il entendit des pas dans le couloir et sa mère entra dans la pièce. Elle alla serrer James dans ses bras et passa ses mains sur son ventre.
-Tu te rends compte ? On va avoir un enfant !
-Je n’en reviens pas encore… Comment allons-nous l’appeler ?
-Harry. J’ai toujours aimé ce nom.
Harry souria et regarda ses parents, heureux. Soudain, la vue se brouilla et réapparut. Harry était toujours dans sa chambre, mais il était là. Bébé Harry était dans son berceau, jouant avec ses jouets. Dehors, la nuit était tombée et l’été avait laissé sa place à l’automne. Lily fouillait dans la commode à la recherche de quelque chose. Elle se redressa brusquement.
-Lily ! Il est là ! Part avec Harry !
Un éclair vert éblouissa le couloir. Voldemort entra dans la pièce et tua Lily. Il se tourna vers bébé Harry. Il tendit la baguette, mais ne fit rien. Harry regarda la scène, impuissant.
-Nous revoilà, Harry.
Voldemort se tourna vers lui, bébé Harry disparut. Harry sortit sa baguette et fit face à son ennemi.
-Comment… Comment se fait-il que vous soyez là, devant moi ?
-Je suis l’esprit passé de Voldemort. Je surveille son bien précieux.
Harry eut soudain moins peur… L’esprit… il est peut-être moins pire que le vrai. Le seul moyen d’avoir l’Hocruxe est sûrement de la battre… Voldemort attaqua le premier.
-Avada Kedavra !
Harry se tassa juste à temps. Il attaqua à son tour Voldemort.


C’est long… Je m’ennuie. Je ne sais pas quoi faire ! J’aimerais aider Harry, mais comment ? Je ne connais qu’une minuscule partie de la magie noire. Soudain, je ressentis une immense tristesse, mélangée à de la colère. J’essaie de pénétrer dans l’esprit de Harry, mais l’accès m’y était impossible. Je soupirai et me concentrai sur mon dedans pour suivre le combat de Harry.


-Protego !
Harry bloqua le sort, mais il était tellement puissant qu’il fut projeté contre le mur. Il essaya de se relever, mais Voldemort vint le prendre par le cou. Il serra, voulant étouffer Harry. Il le regarda droit dans les yeux. Harry se sentit faiblir. Sa vision se troubla. Il sentit alors une puissante force émergée de lui. Harry mit ses mains sur Voldemort et le feu prit à sa robe. Il lâcha Harry qui tomba par terre. Il se leva d’un bond et tendit ses mains. Voldemort fut projeté contre le mur. Une boule de feu apparut dans la main de Harry. Il la lança sur Voldemort qui prit en feu. Soudain, tout devint noir. Harry secoua la tête et regarda autour de lui, soudainement inquiet. Il jeta un coup d’œil rapide à sa main qui était normale. Il vit un petit point brillant droit devant lui. Harry fit un pas en avant et rien ne se passa. Il fit un autre pas et se dirigea tranquillement vers le point. Des images apparurent autour de lui, des mauvais souvenirs. Harry sentit ses larmes lui montées aux yeux. Il continua à avancer. À un moment donné, les images ne montraient plus de mauvais souvenirs, mais des événements qui allaient se passer. Ron se faisant tué par un Mangemort, Hermione pendue, Ginny se faire brûlée. Harry se mit à courir, voulant oublier ses images. Il s’arrêta devant le point blanc. Voilà l’Hocruxe. La coupe que Dumbledore lui avait parlée. Harry approcha lentement sa main et prit la coupe. Il la mit dans ses poches et regarda autour de lui, essayant de trouver une sortie. Le noir était à nouveau revenu. Harry fit un pas et tomba dans un vide. Les images défilèrent devant et des voix retentirent dans ses oreilles.
-Ils vont tous mourir ! Ton amour va mourir ! Ton meilleur ami va se faire tuer par ton ennemi ! Tu vas être seul ! SEUL !
Harry se mit à crier, essayant d’enterrer les voix. Il continua à tomber jusqu’à ce que tout devienne noir et silencieux…


Je me suis mise à faire le tour de la chambre, à nouveau, pendant que les jeunes parlent entre eux. C’était injuste que Harry ne puisse pas profiter de ce qu’il avait. Perdre ses parents sans les connaître était pour moi la pire des choses… Je n’ai jamais connu mes parents… d’aussi loin que je me souvienne. Et j’ai une bonne mémoire, croyez-moi ! Je retournai m’asseoir avec les jeunes.
-Vous parlez de quoi ?
-Des bons moments qu’on a eus à Poudlard.
-Hermione, tu te rappelles en 5e année, toutes les réunions de l’AD. On s’est tellement bien amusé. Harry était un bon professeur…
-Oui, Ron. Il a aidé Neville. Depuis ce temps, il a plus confiance en lui.
-Harry savait de quoi il parle, dit Ginny.
-Ah, ça pour le savoir, il le sait. Harry a vécu des choses que vous ne pouvez vous imaginer. C’est pour cela que, lorsque Dumbledore m’a donné ma mission, il m’a dit que la plus grande force de Harry, c’est l’amour. Il a besoin de vous, ses amis, pour se battre. Ne le laissez jamais seul… Ce sera sa perte.
Les trois jeunes hochèrent la tête et gardèrent le silence. Je m’accotai la tête contre le mur et fermai mes yeux. Je ressentis aussitôt une forte concentration de magie noire… droit devant nous. J’ouvrai précipitamment les yeux, juste à temps pour voir Harry apparaître. Il tomba sur le ventre et ne bougea plus. Je me précipitai à ses côtés.
-Harry ! Ça va ?
Je le retournai et je ressentis une grande peine. Harry me regarda, les larmes aux yeux. Je le pris dans mes bras et essaya de le consoler. Il enfouit sa tête dans mon épaule et éclata en sanglots. Des sanglots qui me brisèrent le cœur.
-C’est fini Harry. Je suis avec toi. Ça va aller.
Ses amis vinrent m’aider en le prenant eux aussi dans leurs bras. Nous restâmes là, les 5 dans les bras de chacun. Ne voulant pas briser l’atmosphère, j’attendis le lendemain pour poser les questions.

_________________
J'ai trouvé l'amour en mon petit elfe, Koga!
Je suis prête à tout pour protéger les gens que j'aime... sachant très bien qu'ils le peuvent par eux-mêmes!
Furet, chien, faucon et loup... mes animaux préférés..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chevaliersdenkidiev.dynamicforum.net
Pebsia
Chevalier 1ère génération/admin
avatar

Nombre de messages : 728
Localisation : Quelque part....
Date d'inscription : 02/12/2005

MessageSujet: Re: Le moi derrière lui/Harry Potter (spoilers 6)   Dim 15 Jan à 11:24

CHAPITRE 9

Nous retournâmes à ma maison. Comment ? Je ne sais pas. Je ne me souviens pas d’y être retournée… En tout cas…
Je me réveillai dans mon lit. Je me retournai et vis Harry à côté de moi. Il dormait paisiblement. Je souris et restai couchée. On est tellement bien dans son lit ! J’observai Harry. Finalement, il ouvrit les yeux et me sourit.
-Ça va maintenant ?
-Oui. Qu’est-ce qui s’est passé hier ?
-Et bien… Tu t’es fais aspiré par un cadre. Le reste, je ne le sais pas, mais tu es apparue quelques minutes plus tard, en larmes. Après, on est revenu ici par une manière quelconque et là, et bien… on est là.
Harry se leva d’un bond et fouilla dans ses poches de pantalon.
-Est-ce que tu aurais vu une coupe ?
-Eh… Non.
Harry sortit de ma chambre en courant. Il entra dans la cuisine et soupira de soulagement. La coupe était au milieu de la table. J’arrivai derrière lui et regarda la coupe.
-Pourquoi tu y tiens tant ?
-C’est un Hocruxe.
-Ah… Comment on le détruit ? En fessant dessus ?
-Je ne pense pas… Il doit y avoir un sortilège qui… le détruit…
-C’est logique… Mais est-ce que tu le connais ?
-Non.
-Demandons à madame-je-sais-tout.
Harry me lança un regard assassin. Il s’assit la table et examina la coupe. Je me servis un verre d’eau et m’assis à ses côtés. J’examinai à mon tour la coupe.
-C’est de la coupe… Je ne la prendrais pas pour boire.
-C’est un objet que Voldemort aimait… Comment détruire ça ?
-Pourquoi tu me poses la question ? Je ne sais pas moi.
-Je ne te la demandais pas à toi justement.
-Pourquoi tu l’as dit ? J’espère… que tu ne parles pas à la coupe… Tu es devenu fou !
-C’est plutôt toi qui est folle.
-Moi, folle ? Qu’est-ce que tu dis là ? Lorsque je serais définitivement folle, Voldemort serait marié et aura des enfants…
Harry me regarda et se retint pour ne pas rire.
-Mais tu es sûr qu’il ne suffit pas de donner un bon coup ?
-Ça serait trop simple…
-Et bien, pour la maison, ça aussi c’était simple.
-Tu as été la seule à trouver…
-Mais Hermione a dit un endroit qu’il est allé…
-Voldemort est allé à plusieurs endroits.
-D’accord ! J’ai un cerveau plus développé que le tien. Mais si moi je trouve ça simple, peut-être que c’est ce qu’il faut faire.
-Je n’ai jamais dit que ton cerveau… en tout cas… Je ne sais pas. Voldemort est plus intelligent que ça.
-Il faudrait que l’on sache comment Dumbledore a détruit…
-Je sais ! J’ai déjà détruit le journal de Voldemort. Je l’ai simplement transpercé avec une dent du basilic.
-Simplement… Tu parles… Donc, en autre mot, si je lui donne un bon coup, il se détruira. C’est ce que je te disais depuis tantôt ! Écoute moi quelques fois.
-D’accord, quelques fois.
-Ah, s’il te plait, épargne-moi tes petites blagues manquées.
-Quoi ? Regarde celle qui parle ! Tu n’es pas mieux que moi !
-Essaies-tu de me dire que je ne suis pas drôle ?
-C’est ça.
Je pris la coupe et lui donnai un coup sur la tête.
-Hey ! Ça fait mal !
-Ça t’apprendra de rire de moi.
Je pris la coupe et alla dehors avec. Harry me suivit en arrière.
-Qu’est-ce que tu vas faire ?
-La détruire. Suffirais que… oui, de même !
Je mis la coupe par terre où elle restera debout. Je vais vous épargner les gros détails… Finalement, j’ai réussi à détruire la coupe, mais en me blessant. Ça, c’est moi tout craché. Bon, je suis étendue dans le gazon, criant et en me tenant le bras à moitié brûlé. Harry se précipita vers moi.
-Cam ! Ça va ?
-Non espèce d’imbécile ! Tu vois bien que j’ai mal !
Je me relevai péniblement et enlevai tranquillement ma main. Mon bras droit était rendu noir, un peu comme la main de Dumbledore. Harry mit sa main sur mon bras. Je gémis de douleur. Il la retira aussitôt. Je rentrai à ma maison et me dirigeai vers la salle de bain. Je passai devant les autres jeunes. Ils se levèrent et se dirigèrent vers moi.
-Non, ça va aller. Je n’ai pas besoin d’aide.
Je leur claquai la porte au nez. J’essai de guérir cette blessure, mais me fis plus mal que autre chose. Je mouillai une serviette que je mis sur mon bras. Ah… Ça fait du bien. Je m’assis dans mon bain et fermai les yeux.


Harry entra dans le salon et s’assit sur un divan. Ses amis vinrent s’asseoir avec lui.
-Qu’est-ce qu’elle a ?
-Et bien Ginny, elle a réussi à détruire l’Hocruxe.
-Il y en avait un à ta maison ?
-Oui. Elle l’a détruit, mais elle a le bras comme la main de Dumbledore.
-Pauvre elle. Et elle ne veut même pas qu’on l’aide.
-Non Ron, je ne pense pas que se serait une bonne idée aussi de l’aider. Elle est assez puissante pour se guérir elle-même.

De la salle de bain, j’entendis toute leur conversation. Je pouffai de rire en entendant Harry parler.
-Peut-être que je suis forte, mais de la compagnie ne m’a jamais tué !
J’entendis le jeune soupirer et des bruits de pas s’en venir vers ma direction. La porte s’ouvrit et Harry entra dans la pièce. Il referma la porte derrière lui et s’assit par terre à côté de moi.
-Bon, contente ?
-Non…
Je pris un visage triste.
-Je veux un gros câlin.
Je ne pus me retenir et éclatai de rire. Harry me regarda, le sourire aux lèvres, et soupira.
-Tu es folle.
-Donc, Voldemort est marié ! Par chance, tu vas peut-être être le parrain de ses enfants !
Oups… Mauvais chose à dire… À me rappeler, ne pas parler de parrain…
Harry baissa la tête et observa mon plancher. Franchement, je ne sais pas ce qu’il peut lui trouver de beau… Il est affreux…
Je sortis de mon bain et pris Harry dans mes bras. Mais je poussai un cri de douleur. Le jeune se tourna vers moi.
-Arrête de bouger un peu. Tu devrais aller t’éteindre.
Il m’aida à me relever et m’amena dans ma chambre. Il me déposa sur le lit et alla me chercher une autre serviette mouillée. Je ne bougeai pas, curieuse de voir Harry à l’œuvre. Il revint quelques minutes plus tard, une serviette en main et un verre de lait et des biscuits. Je le regardai, surprise.
-Ne rêve pas. Le lait et les biscuits, c’est pour moi. Il faut bien quelqu’un pour te surveiller.
Il me tendit la serviette que je mis sur mon bras. Je le regardai manger ses biscuits.
-Tu ne pourrais pas m’en donner un ? S’il te plait ?
Harry soupira et me tendit un biscuit. Je le pris et entrepris de le déguster.
-Je pourrais te prendre une gorgée de lait ?
Il me tendit le verre. Je pris une assez grosse gorgée… et je finis son verre.
-Merci de m’en avoir laisser.
-De rien ! Tout le plaisir était pour moi.
Il déposa le verre et l’assiette sur ma table et se coucha à côté de moi. Nous restâmes silencieux, observant mon plafond de chambre.
-Tu sais. Ça ne va pas bien entre Ginny et moi.
Je tournai ma tête vers lui. C’était la dernière chose à laquelle je pensais qu’il allait me dire…
-On va simplement rester amis.
-Au moins. Tu n’as pas vu l’amour de ta vie se faire pendre sous tes yeux.
Il tourna la tête vers moi.
-Je suis désolé.
-Ouin… Tout le monde l’était. Pauvre petite Camélia. Encore toute seule. Une fois la cérémonie finie, plus personne ne me parla. Elle apporte le mal… Pf… Donc, j’ai été toute seule, personne ne voulant de moi. J’ai fini par tuer tout le village. Ce qui m’a coûté plusieurs années de prison. Mais, j’ai survécue. Personne ne savait que j’étais une Gardienne. Je n’étais pas prête de mourir bientôt. Donc, j’ai quitté ce pays. Pour atterrir ici. Et là, j’ai cherché du travail. La première que j’ai rencontré Dumbledore, c’était au Chaudron Baveur. J’y travaillais la nuit. Je l’ai regardé entré. Il m’a sourit, sachant très bien que je n’étais pas comme les autres. Et que je n’avais pas ma place là. La semaine suivante, quand je travaillais de jour, je le revis entrer. Il se dirigea vers moi et me proposa un travail à Poudlard. J’acceptai avec joie, heureuse de quitter ce Tom. Je m’installai à Poudlard, comme Gardienne générale. Je ne protégeais pas seulement une personne, mais une école au complet. Ce fut très facile. Avec l’aide des fantômes et déjà que Dumbledore avait mis du sien pour protéger l’école. Je passais ma journée à flâner dans les couloirs du château, sans que personne ne me voie. C’était la seule condition. Je ne devais pas paraître aux yeux des élèves et des professeurs. Seul Dumbledore savait que j’étais là, caché dans un coin d’un mur. J’ai vu ton entré à Poudlard. Dès la première que je t’ai vu, j’ai su que tu allais aller loin dans la vie… Et là, tu fis des choses que la plus part des gens ne peuvent faire, même dans leurs rêves les plus fous. Dumbledore était vraiment fière de toi. Tu connais le reste. Il m’a fait venir dans son bureau et m’a demandé de te protéger. Et il est mort…
Je regardai Harry qui me regardait, le visage triste.
-Tu ne te mets pas à pleurer !
Un sourire apparut dans son visage, à ma grande joie. Je le pris dans mes bras et là… Il fit quelque chose qui me surpris… Il m’embrassa.

_________________
J'ai trouvé l'amour en mon petit elfe, Koga!
Je suis prête à tout pour protéger les gens que j'aime... sachant très bien qu'ils le peuvent par eux-mêmes!
Furet, chien, faucon et loup... mes animaux préférés..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chevaliersdenkidiev.dynamicforum.net
Pebsia
Chevalier 1ère génération/admin
avatar

Nombre de messages : 728
Localisation : Quelque part....
Date d'inscription : 02/12/2005

MessageSujet: Re: Le moi derrière lui/Harry Potter (spoilers 6)   Dim 15 Jan à 11:24

CHAPITRE 10
Surprise, je me laissai faire. Après quelques secondes de réflexion avec moi-même, je me laissai aller. Je lui rendis son baiser avec autant de passion que je pouvais donner.
Discutions avec ma conscience…
C : -Cam… Tu peux me dire ce que tu es en train de faire ? C’est Harry ! Tu es sensé le protéger ! Et non l’embrasser et tomber amoureuse de lui ! De toute façon, tu sais très bien que tu n’as pas le droit…

Je regrettai aussitôt d’avoir rendu le baiser à Harry. Je le poussai gentiment.
-Quoi ? Il y a quelque chose qui ne va pas ?
-Tout va bien, sauf que…
-Sauf que quoi ?
-Je ne peux pas… Je n’ai pas le droit… Tu es gentil et franchement super beau, mais je n’ai pas le droit d’aimer mon protégé.
-Mais… C’est nul ! C’est quoi ce règlement !
-Harry, s’il te plait ! Tu ne penses pas que c’est déjà assez dur pour moi ! Ne viens pas en rajouter.
-Désolé.
Harry me regarda de ses yeux tristes qui me font toujours craqués. N’en pouvant plus, je l’embrassai tendrement. Il me regarda bizarrement.
- Décides toi ! Tu dis que tu ne peux pas et, quelques secondes après, tu me sautes dessus.
-Juste une dernière fois.
Je l’embrassai de nouveau, mais fut projeter contre le mur. Mon ancien maître apparut devant moi.
-Camélia ! Mais que fais-tu donc ? Je t’ai bien enseigné, ne me fais pas honte.
-Désolé, mais…
-Pas de mais Camélia !
Il se tourna vers Harry.
-Alors, c’est toi le célèbre Harry Potter. Mmm… Je te pensais plus grand et plus musclé que ça… D’après tes talents au Quidditch…
Il se retourna vers moi et me lança un de ses regards à vous glacer le dos… Il disparut dans un nuage de fumée.
-Bon… Harry, c’était mon ancien maître…
-Ah… Plus grand et plus musclé… Pf…
Je ne pus me retenir de sourire. Je me relevai péniblement et reprit la serviette qui avait tombé de mon bras.
-Tu viens ? On va aller rejoindre les autres… Et on oublie se qui vient de se passer, d’accord ?
Harry hocha la tête. Je sortis de ma chambre, le jeune sur mes talons.

-Alors, Camélia. Comment va ton bras ? me demanda Ron.
-Mieux que tantôt, en tout cas… J’aurais le goût de rester le reste de la journée le bras dans le congélateur.
-Dans le quoi ?
-Le congélateur, Ron. C’est appareil qui permet de garder la nourriture froide.
Il hocha la tête, mais je n’étais pas sûre qu’il ait tout compris… Je m’assis sur le divan et prit le journal qui traînait sur la table. Bon, encore des morts… Je commençai à lire les noms des pauvres victimes. Bilba Norgil… Pauvre femme… ou homme… En tout cas… Pauvre personne, avoir un nom de même… Je vis alors un nom qui m’était familier… Il n’était pas dans l’Ordre ? Il me semble que oui… Je me tournai vers Harry, le journal en main.
-Sais-tu c’est qui ?
Je lui pointai le nom. Son teint devint plus blanc soudainement…
-Non… Pas lui… NON !
Ron se tourna brusquement vers son ami.
-Qu’est-ce qu’il y a Harry ?
-Remus… Il est mort… Il le dise dans le journal…
Ah… Il me semblait que son nom ne m’était pas étranger. Harry se prit la tête entre les mains.
-Pourquoi est-ce que tout le monde doit mourir…
-Tu ne vas pas commencer à t’apitoyer sur ton sort ! Le meilleur serait que tu te prépares. Fais le pour tout ceux que tu aimes et que ne sont plus avec toi. De toute façon, ils sont toujours avec toi, dans ton cœur.
Je forçai Harry à me regarder. J’essuyai les larmes qui coulaient sur sa joue. Il se réfugia dans mes bras, à mon grand déplaisir. Moi et consoler les gens… Je lançai un regard suppliant vers Ron, mais lui aussi semblait en état de choc. Hermione et Ginny firent leur entrée dans le salon. Elles nous regardèrent bizarrement.
-Qu’est-ce qui se passe ici ? On dirait que quelqu’un est mort… dit Hermione.
Harry éclata en sanglots. La jeune eut droit à mon fameux regard assassin. Ginny alla prendre son frère dans ses bras, me laissant le privilège de consoler Harry. (Dans ma tête : NNNOOONNN !!) J’attendis que le jeune se calme en peu pour me libérer de ses bras. Je me levai et partit dehors, les laissant ensemble pour pleurer la mort de leur ami.
Je grimpai dans mon arbre préféré et m’assit sur la plus grosse branche. Le jeune avait l’air découragé. Pauvre petit. Vivre la plupart de sa vie dans l’ignorance. Je le comprends. Moi aussi je serais en colère. Mais juste à le regarder aller, Harry est un très puissant sorcier. Suffit qu’il ne fasse pas à sa tête… Dès qu’il aura détruit les Hocruxes, détruire Voldemort va être beaucoup plus simple. Je suis sûre que Harry va être plus fort que Voldemort, même peut-être plus que Dumbledore.
Je soupirai et chassai ses pensées de ma tête. Je jetai un coup vers mon bras noir.
-Joyeux… Comme si j’avais besoin de ça encore… La prochaine fois, c’est Harry qui détruit l’Hocruxe.
J’essayai de guérir mon bras, on ne sait jamais… Mais rien ne se passa. Je m’accotai la tête contre le tronc de l’arbre et regardai les nuages. Drôle de forme celui-là…


Franchement, je suis tannée de ses moments de pleurage… Je veux de l’action. Il va falloir que je remue le jeune… sinon il passerait ses journées à pleurer la mort de son ami. Oui, il a raison de pleurer… mais le sort de l’humanité est sur ses épaules ! Raison de plus pour se remuer un peu. On est allé au service de Remus… Très triste… Tout le monde pleurait. Et moi, toute seule dans un coin, à surveiller et à me demander pourquoi je perds mon temps ici… Pour passer le temps, je me mets à penser à tout. Pourquoi mon maître devait-il venir mettre son nez, qui est d’une grosseur assez raisonnable, dans mes affaires ! Rien de plus frustrant… Pourquoi Harry est-il passé de Ginny à moi ? Cette fille-là est parfaite pour lui ! Elle est gentille, prend soin de tout le monde. Elle est peut-être la sœur de son meilleur ami, mais ça ne lui dérange pas ! Je passai ma main dans mon visage, découragée. Minerva est en train de faire un discours, en larmes. Plusieurs personnes sont en train de se pleurer dans les bras. Je distribuerais bien des mouchoirs pour tout le monde, mais… j’ai autre chose à faire… (tu parles d’une excuse…) Lorsque Minerva eut fini son discours, je vis un homme entrer dans la salle. Pour moi, il semblait très bizarre. On ne rentre pas à un service avec une cape et le visage couvert… Je me dirigeai lentement vers lui. Plus qu’à quelques pas… Il tourne la tête vers moi et m’aperçoit. Il recula lentement, affolé. Il se retourna d’un coup et partit en courant vers la foule assise… spécialement vers Harry. Je le suis en courant et le rattrape très facilement. Il ne courait pas très vite… Je le prends par le col et le plaque contre le mur. De ma main de libre, la droite, je l’empêche de bouger.
-Qui es-tu ? Que viens-tu faire ici ?
-Gu nobit elvneor arp el rnadg gurnsie.
Bon, je ne comprends pas un mot… Je levai les yeux au ciel et fit plus de pression.
-Si tu sais parler français, parle !
-Gu cias pat…
Je lui enlevai son capuchon, révélant un visage pas très joli… Il était plein de cicatrices dégoûtantes, un teint un peu vert, des yeux jaunes et exorbités, un nez… très bien caché, des dents jaunes à moitié tombées. J’essayai de trouver quelque chose pour pouvoir l’identifié. Je regardai sur son bras pour m’assurer s’il ne travaillait pas pour Voldemort… Rien, mais j’ai mon truc personnel !
-Travailles-tu pour… Voldemort ?
Aucune réaction de sa part… D’habitude, les partisans de Voldemort réagissent mal quand je dis son nom… Mais il n’avait peut-être pas la marque des Ténèbres, mais il avait une marque plutôt bizarre… Une espèce d’épée entourée de branches piquantes.
-Qu’est-ce que c’est ?
Je fermai les yeux et essayai de me concentrer sur ses paroles.
-Gu aitf rtipa èsd Rugmigs…
Rugmigd, surprenant que cela puisse être, ce nom-là me dit quelque chose… Je fis apparaître des cordes et attachai l’inconnu. Je me tournai vers la foule qui avait gardé le silence depuis.
-Tout va bien, je m’en occupe.
Je transplanai avec le petit monsieur. Harry n’avait pas eu le temps de rien me dire. Tout le monde se rassit, le silence régnait dans la salle.

J’apparus dans ma maison. Je laissai tomber l’homme sur mon divan et me dirigeai vers ma petite bibliothèque.
-Mmm… « Espèces vivantes de la Terre. » Voilà ce que je veux ! Je me mis à feuilleter les pages, trouvant finalement ce que je voulais…

_________________
J'ai trouvé l'amour en mon petit elfe, Koga!
Je suis prête à tout pour protéger les gens que j'aime... sachant très bien qu'ils le peuvent par eux-mêmes!
Furet, chien, faucon et loup... mes animaux préférés..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chevaliersdenkidiev.dynamicforum.net
Pebsia
Chevalier 1ère génération/admin
avatar

Nombre de messages : 728
Localisation : Quelque part....
Date d'inscription : 02/12/2005

MessageSujet: Re: Le moi derrière lui/Harry Potter (spoilers 6)   Dim 15 Jan à 11:25

CHAPITRE 11
Le service était terminé. Les proches de Remus allèrent se recueillir autour de sa tombe avant qu’il se fasse enterrer. Harry resta regarda une dernière fois son ami et s’en alla, ne pouvant continuer à regarder ce spectacle. Il s’assit au pied d’un immense saule en bordure du cimetière. Il fut rejoint par Hermione, Ron et Ginny. Ils se regardèrent tous un moment avant de transplaner, Ginny dans les bras de son frère.
Ils apparurent tous dans ma cours. Je feuilletai tranquillement les pages du livre en compagnie de mon nouvel ami quand ils entrèrent sans cogner…
-AAHH !!
Je me levai d’un bond, échappant le livre qui tomba par terre. Je les regardai et eux me regardèrent comme une folle.
-Vous auriez pu cogner avant d’entrer ! On ne fait pas peur de même aux vieilles personnes.
-Tu étais la première à dire que tu étais jeune, me dit Harry sur un ton que je trouvai un peu bête.
-Je ne parlais pas de moi, mais de notre petit ami ici présent.
Je pointai l’homme assis sur mon divan.
-Il est un Rugmig. Une sorte de mi-humain mi-plante…
-Mi-plante ? Comment tu veux être mi-plante ?
Je regardai Harry.
-Bonne question le jeune… Je ne sais pas trop justement… Leur espèce vit très longtemps, comme une plante…C’est logique… Leurs pouvoirs sont tous reliés à la nature. Le livre…
Je me penchai et ramassai le livre.
-… en parle, mais très peu… D’après le Ministère de la Magie, cette espèce est disparue de la carte… Ils se sont trompés ! Enfin, on va pouvoir dire que le Ministère n’est pas parfait lorsqu’ils sauront cela…
L’homme se leva et me prit par le cou.
-Xeu pat vsaèroi sacss ! Gnsou ctonss biler teéè bièfr ed rêèter !
Je me libérai de sa prise très facile.
-Est-ce que tu me comprends quand je te parle ? Si oui, hoche la tête…
Il me regarda bizarrement et cligna des yeux, indifférent. Je passai ma main sur mon visage, découragée.
-Il ne me comprend pas… Comme si j’avais besoin de ça…
Hermione s’approcha et regarda le bras de l’homme. Il la regarda faire avec un visage surpris.
-Kssè sull ètef ?
Hermione passa sa main sur la marque de son bras.
-Il me semble que j’ai déjà vu ça quelque part…
-Dans un livre sûrement… Il faudrait réussir à communiquer avec lui. Aurais-tu une idée, mademoiselle ?
-Nous pourrions voir comment il écrit ? Peut-être cela pourrait nous aider…
-Biens sûr ! Pourquoi n’y ai-je pas pensé plutôt !
Harry me lança un regard assassin. Je lui rendis mon sourire le plus imbécile. Je pris une feuille et un crayon et les déposai devant l’homme. Il me regarda sans comprendre.
-Ça ne marche pas ! Voilà, nous sommes perdus !
Hermione fit semblant d’écrire, montrant à l’homme comment faire. Il la regarda et prit le crayon à son tour et se mit à écrire, à mon plus grand découragement. Harry s’approcha de moi et me murmura à l’oreille :
-Qui est la plus folle maintenant ?
Tannée de ses petites remarques déplacées, je le plaquai contre le mur.
Je le regardai droit dans les yeux et lui me regarda sans ciller.
-Tu vas arrêter de faire le malin, d’accord ? Ce n’est pas parce que je ne peux pas être avec toi que tu vas être bête avec moi, oh que non ! Tu me connais mal !
Je le poussai et regardai ce que l’homme avait écrit… Je lui arrachai la feuille des mains.
-Je sais !
-C’est un miracle… Elle sait quelque chose…
Je brûlai le bas des pantalons de Harry qui partit aussitôt vers la salle de bain.
-Il y avait la vieille femme qui écrivait de même… Comment elle s’appelait déjà ?... Ah oui ! Pirnetta ! J’ai toujours détesté son nom… Elle est peut-être encore vivante… Elle pourrait nous aider ! J’attachai l’homme et mis rapidement mes choses dans ma valise.
-Allez les jeunes ! On s’en va ! Un long voyage nous attend.
Harry sortit, les pantalons noirs.
-On va où ?
-Voir une vieille amie à moi.

Je ne rappelais que la moitié du chemin pour se rendre chez mon amie. Après avoir tourner en rond pendant longtemps, nous arrivâmes devant une vieille maison. Les jeunes restèrent derrière moi, incertains. Je vis alors Pilpo, le griffon de mon amie, se diriger joyeusement vers nous. Franchement, moi qui déteste les animaux, je le trouve très amusant. Je lui caressai la tête et il entreprit de sentir les jeunes derrière moi.
-Il est gentil ! N’ayez pas peur !
-Camélia ? Est-ce toi ?
Une jeune femme devait de sortir de sa maison. Les cheveux d’un blond presque anormal, les yeux d’un bleu ciel, assez grande et mince. Elle se précipita vers moi et se jeta dans mes bras. Je la serrai fort contre moi.
-Pirnetta ! Tu m’as tellement manqué !
-Toi aussi ! Que me vaut l’honneur de ta visite ? Je pensais qu’avec ta nouvelle mission, je n’étais plus pour te voir pendant… des années !
-Je suis encore en mission, mais j’ai besoin de ton aide.
-Avec plaisir ! Mais d’abord, rentrons ! Tu vas pouvoir me présenter tes amis. Pilpo, laisse-les tranquille !
Le griffon s’était mis à licher les jeunes, content d’avoir de la visite. Pirnetta est la seule sorcière que je connaisse qui possède un griffon comme animal de compagnie… Bizarre… J’entrai dans la maison qui est restée la même, malgré le nombre d’année qui sépare ma dernière visite. Je m’assis sur une chaise de la cuisine, imitée par les jeunes. Pirnetta nous servit du thé et des biscuits.
-Alors, qui sont les jeunes qui t’accompagnent ?
-Nous ne sommes pas jeunes, intervint bêtement Harry.
Je lui donnai un coup de pied sur le tibia.
-Non, il n’a rien dit, n’est-ce pas ? Je te présente Hermione, Ron, Ginny et Harry. Les jeunes, voici Pirnetta.
-Enchantée de vous connaître !
Elle serra la main à tour de rôle, mais ne serra pas celle de Harry.
-Alors… Tu es Harry Potter. J’ai souvent entendu parler de toi…
-Comme tout le monde, coupa-t-il.
Il reçut un autre coup au même endroit.
-Tu n’es pas un enfant normal… Tu as de la chance d’avoir une Gardienne comme Camélia.
-Oui, mais il ne s’en rend pas compte… Je suis venu pour savoir si tu sais encore parler le Rugmig.
-Mmm… La dernière fois que je l’ai parlé se fut lors de l’enterrement de l’arbre pleureur derrière le magasin principal… Je crois que oui.
-Parfait ! Nous sommes pris avec un de leur espèce. Je ne comprends rien de se qu’il dit.
-Ils ne sont pas tous morts ?
-On dirait bien que non… Il a essayé d’attaquer Harry. Penses-tu pouvoir venir chez moi pour communiquer avec lui ?
-Oui. Laissez-moi le temps de faire mes valises…
Elle se leva et quitta la cuisine. Je pris ce temps-là pour sacrer un bon coup à Harry.
-Tu ne pourrais pas te taire quelque fois ! Une autre remarque de même et se n’était pas le pantalon que je brûle, mais tout ! Compris ?
Harry hocha vaguement la tête et se leva pour sortir dehors. Ses amis le suivirent. J’attendis Pirnetta et nous sortîmes toutes les deux. Pilpo se précipita vers moi et me licha gaiement.
-Ça va Pilpo ! Calme-toi !
-Camélia, est-ce que ça te dérange si Pilpo vient avec nous ?
-Bien non ! Il aurait sûrement assez de place dans ma cours…
Nous nous dirigeâmes vers ma maison.

Je poussai la porte et vit l’homme dans ma cuisine en train de fouiller... non d’explorer dans mon réfrigérateur. Je me raclai la gorge, signalant ma présence. Il se retourna brusquement et me regarda, indifférent.
-Pirnetta, si tu veux bien y aller…
Mon amie passa devant moi et se mit à parler avec l’homme qui semblait être content que quelqu’un le comprenne. Les deux parlèrent des longues heures. Pendant ce temps, les jeunes et moi étions réunis autour de la table du salon, à jouer à un jeu de cartes moldus… Passionnant… C’était Hermione qui eut l’idée. Bien sûr, c’était elle qui gagnait à tous les coups. Seule Ginny semblait avoir du plaisir à jouer avec son amie. Ron avait de la difficulté à comprendre le jeu et Harry ne se forçait pas à le comprendre. Depuis quelque temps, je le trouve bizarre Harry et je suis sûre que je ne suis pas la seule. Même ses amis le regardent bizarrement quelques fois. Je vais encore devoir lui parler en tête à tête. Quelle chance !
-Oui !
Hermione venait encore de gagner. Je jetai mes cartes sur la table, imitée par Ron et Harry.
-On fait une autre partie ?
C’est à ce moment précis que Pirnetta entra dans le salon accompagnée de l’homme. Elle nous sauva la vie ! Elle s’assit sur le divan.
-Bon. Je vous présente Kiron, soldat des Rugmigs. Il n’a pas assez d’attaquer Harry le jour de l’enterrement de votre ami. Il avait une mission, mais il n’a pas voulu me dire en quoi elle consistait. Il m’a raconté en résumé comment on vivait chez lui et tout le tralala. Camélia, il te trouve très drôle quand tu essayes de lui parler.
-Ah… Bien, merci…
-Ah et en passant, il parle très bien français…
Je regardai Pirnetta et éclata de rire. Je fus la seule aussi…
-Quoi ? Tu plaisantes ?
-Non, je parle français et je le comprends très bien.
Kiron venait de parler… Il parlait français et il m’a laissé m’époumoner… AAAAHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH !!
Je me levai d’un bond et m’approcha de Kiron.
-Contente de voir que là, vous me comprenez. Sachez que je ne trouve pas ça très drôle !
Harry étouffa un rire derrière moi. Je me retournai et le fit léviter et l’envoya valser contre le mur. Il tomba par terre et resta là un bond bout de temps.
-Camélia ! s’exclama Pirnetta. Calme-toi ! Tu viens de projeter ton protégé contre le mur ! Mais reprends-toi un peu !
-J’en ai plein mon casque de ce petit… de Harry !
Pirnetta s’approcha de moi et me donna une gifle qui me replaça les esprits. Je me frottai la joue et alla m’enfermer dans ma chambre.

Harry se releva péniblement.
-Elle est folle cette fille.
Il se frotta la tête et vint s’asseoir sur le divan. Kiron, gêné par la situation, resta contre le mur et regarda la scène qui s’offrait à lui. Pirnetta essaya d’entrer dans la chambre de Camélia, mais celle-ci avait bloqué toute accès. Elle revint dans le salon et s’assit à côté de Harry.
-Qu’est-ce que je lui aie fait ?
-Tu l’as provoqué… La pire des choses à faire avec Camélia.
-Merci… J’aurais du le savoir avant.
-Ce n’est pas difficile à savoir, Harry, lui dit Ron. Dès le début, nous savions qu’il ne fallait pas contre dire Camélia.
-C’est que toi tu t’amuses à la frustrée, en dirait… dit timidement Hermione.
Harry leur lança un regard assassin. Ginny, tannée, se leva et se planta devant Harry.
-Ils ont raison, tout le monde ! C’est toi qui es trop têtu pour entendre raison ! Si tu te crois tant que ça, va donc chercher ses Hocruxes tout seul ! Camélia avait raison de se lancer contre le mur. Si je pouvais, je le ferais, compte sur moi…
Elle lui donna une gifle phénoménale qui retendit dans toute la maison. Elle retourna s’asseoir avec Ron et Hermione et jeta un regard dur à Harry. Kiron observa la scène avec un sourire aux lèvres. Comment les sorciers faisaient-ils pour se détester autant que ça ? Un autre mystère à résoudre… Il avançait de quelques pas.
-Si je peux me le permettre…
-NON !! JE NE VEUX PAS ENCORE ME FAIRE RABAISSER PAR UN ÊTRE MI-PLANTE MI-HUMAIN ! JE VEUX SIMPLEMENT AVOIR LA PAIX !
Harry se leva et sortit dehors en prenant bien soin de claquer la porte. Kiron recula contre le mur, gêné de la réaction qu’il avait causé.
-Ce n’est pas de ta faute, Kiron, lui dit Ginny. Il fait toujours à sa tête. Il a toujours été de même. Personne ne pourra le changer.
-Il ne se rend pas compte de ce qu’il a… dit Kiron. Il a de bons amis et il fait tout pour les perdre…
-Vous comprenez vite !
-C’est dans ma nature ! Je suis venu pour comprendre les sorciers… Ce qui est pour moi très difficile. Vous êtes tellement différents de notre société. Nous faisons la paix et non la guerre. Nous nous entraidons, nous vivons comme une grande famille.
-Certains d’entre nous ne semblent pas avoir encore compris ce principe. Mais nous ne faisons pas la guerre. Nous devons simplement nous battre pour survivre.
-À Voldemort ?
Petits cris dans la pièce.
-Ne prononce pas son nom !
-Pourquoi faire ? Nous, nous le disons toujours.
-Pas les sorciers, dit Hermione. Ils le craignent trop pour dire son nom. Ils ont peur. Mais quelques-uns le disent, comme Dumbledore et Harry.
-Je comprends… Vous ne pouvez pas lui faire face ? Êtes-vous si faibles ?
-Nous ne sommes pas faibles !
Tout le monde avait dit la même chose. Kiron hocha la tête.
-Si vous le dites…

Pendant tout ce temps-là, j’ai trucidé 4 coussins sur 5… Je m’attaquai au dernier avec plus d’ardeur. Il explosa dans ma chambre, les plumes flottant dans les airs. Je m’assis sur le reste de mon lit et projeta ma table contre le mur où elle se cassa en milles morceaux. Le silence se fit dans ma chambre et j’entendis le jeune crier et une porte se claquer. Il venait de pèter sa cocher lui aussi ! Mais juste à penser à sa petite face de… AAHH !! Je donnai un coup de pied sur le meuble à côté de mon lit… mais je me fis mal aux orteils. Je poussai un juron et me guéris aussitôt. Mais la douleur de mon bras se fit plus vive que jamais. Je me couchai et essayai de me calmer pour apaiser la douleur. L’image de Harry me revint toujours en tête, à mon grand supplice. Je me levai et ouvrit les portes de mon placard. Je cherchai rapidement et trouvai se que je voulais. Une potion de sommeil, de quoi vous replacez tout au bon endroit après une bonne nuit sans images de Harry ! J’en pris une gorgée et m’endormit aussitôt.





bon j,ai mis 3 chapitres d'un coup... j'étais un peu trop en retard...

_________________
J'ai trouvé l'amour en mon petit elfe, Koga!
Je suis prête à tout pour protéger les gens que j'aime... sachant très bien qu'ils le peuvent par eux-mêmes!
Furet, chien, faucon et loup... mes animaux préférés..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chevaliersdenkidiev.dynamicforum.net
Pebsia
Chevalier 1ère génération/admin
avatar

Nombre de messages : 728
Localisation : Quelque part....
Date d'inscription : 02/12/2005

MessageSujet: Re: Le moi derrière lui/Harry Potter (spoilers 6)   Mer 18 Jan à 9:53

CHAPITRE 12
Je me réveillai le lendemain… après-midi ! Je soupirai et me forçai à sortir de mon lit si confortable… Je m’habillai rapidement et sortit de ma chambre. Par chance, je ne vis pas le jeune. Je poussai la porte de la cuisine et vit que tout le monde était rassemblé. Quand je dis tout le monde, c’est tout le monde. Face de babouin était assis à l’écart et me lança un regard bête lorsque j’entrai. Je ne fis rien et m’assis à côté de Pirnetta.
-Salut Camélia ! Tu as bien dormi on dirait ?
-Ouin… Potion…
-Ah…
Pirnetta se tus un moment.
-Bon, où en étions-nous ?
-Tu nous racontais ton séjour dans le Nord.
-Ah oui ! C’est vrai !
-Pirnetta… Tu n’es pas en train de leur raconter tes voyages. Les pauvres, ils vont s’endormir.
-Tu sauras, Camélia, me dit Hermione, que c’est très passionnant. Ça nous permet d’en connaître d’avantage sur les cultures…
-Oui oui, je sais. Pas obligez de me le dire… De toute façon, je connais tous ses voyages par cœur… Je vais aller dehors.
Je me levai et, aussi bêtement que je suis entrée, je sortis dehors. Je me dirigeai dans mon arbre. Je m’assis sur une grosse branche et regardai les vagues du petit étang… qui étaient faites par Pilpo qui jouait joyeusement dans l’eau.
Le temps passa lentement, me permettant de remettre les choses au clair dans ma tête. Puisque je n’avais pas le choix d’être avec le jeune, je vais donc me calmer et m’empêcher de le projeter contre le mur à chaque fois que je le voie. Le soleil commençait déjà à se coucher. (Je vous rappelle que je me suis levée en après-midi…) Je descendis de l’arbre et retournai dans la cuisine qui, cette fois-ci, était déserte. Je me fis quelque chose à manger, oubliant la politesse qui voulait que j’en offre à mes invités. J’allai dans le salon qui lui aussi était désert.
-Il n’y personne dans cette maison ? HÉ HO! Pirnetta! Ginny! Il y a quelqu’un?
Je déposai mon assiette sur la table et entreprit de fouiller la maison à la recherche des autres. Personne.
-Si c’est une blague, elle n’est pas drôle ! Sortez !
J’entendis la porte d’entrée s’ouvrir et des voix se firent entendre. Je m’y précipitai en courant et fonçai dans Kiron.
-Désolé… Où étiez-vous ?!!??!!
-On était parti se promener tous les 6, me répondit calmement Pirnetta. Je suis venue te le dire que nous allons marcher et tu m’as dit que tu ne voulais pas venir avec nous…
-J’ai dit ça moi ?
-Bien oui…
-Hey ! Je t’ai tu parlé le jeune ! Non, alors FERME LA !
Moi qui m’avais dit d’être gentille avec… Il s’approcha de moi et me plaquai contre le mur.
-Toi, tu vas te la fermer ! J’en ai plein mon casque que tu me dises quoi faire ! Je n’en voulais pas moi de Gardienne ! Je suis assez grand pour me protéger tout seul…
-Je me rappelle de la fois des montres dans la maison des Weasley…
-Moi de la fois où j’ai du m’arranger tout seul parce que tu était supposément morte. Et puis avant, je n’étais pas aussi puissant que maintenant.
-C’est ça ! Maintenant que tu te crois le meilleur, tu peux envoyer promener tout le monde ! On ne joue pas à ce petit jeu avec moi ! J’ai une mission à faire. Celle de te protéger ! Si tu es si fort que ça, renvoie-moi ! Je vais disparaître à tout jamais de ta vie et la journée où tu auras besoin de moi, je ne serais pas là ! Après, tu verras si tu es encore si fort que ça !
-Je n’ai jamais dit que je n’avais plus besoin de toi !
-Et bien, tu le montres mal ! Ce n’est pas en étant bête avec tout le monde qu’on garde ses amis ! Demande à Ron, Hermione et Ginny ! Je suis sûre qu’ils ont trouvé que tu as changé !
-J’espère que j’ai changé ! Je ne suis plus le petit Harry Potter qui se faisait mentir par son directeur ! Je veux que les gens me respectent pour qu’à mon tour je les respecte !
-La célébrité et la puissance te montent à la tête ! Reviens-en Harry ! C’est l’ancien Harry que j’aime bien ! Pas le nouveau ! Si tu veux qu’ils te respectent, commence par toi-même les respecter ! Comme là ! Tu me plaques contre le mur et tu veux mon respect…Pff.. Penses-y même pas !
-Toi aussi tu me plaquais contre le mur !
-Mais moi je me fous de se que les autres peuvent penser de moi ! S’ils osent me provoquer, ils me trouveront très facilement. Je ne respecte personne à part les gens que j’aime. Ça, c’est comment moi je fonctionne ! Mais pas toi ! C’est ça qui faisait de toi un être bon ! Tu aidais tout le monde sans rien recevoir en retour !
-Comme si je ne le suis pas encore !
-Pas sûr…
-Je pourrais très bien te tuer à l’instant même ! Tu ne peux rien contre moi !
Je haussai les sourcils, douteuse. En 2 temps 3 mouvements, Harry se retrouva dans l’eau de l’étang. Je réparai le trou que j’avais dans le mur et j’allai me rasseoir quand je sentis un léger picotement dans mes pieds. Je sortis dehors et vis Harry, les yeux fermés, très concentré… en train de me renvoyer ! Il va le faire ! Il va me tuer et se tuer en même temps ! Il est stupide !
-Harry ! Arrête !
Je sautai dans l’eau et comme j’allais lui prendre le bras, un jet de lumière me transperça le ventre. J’allais être fini si je ne faisais rien ! Je combattis la force qui me poussait à disparaître et tombai sur Harry, lui faisant perdre le court de son sort. Il me poussa brusquement.
-Qu’est-ce que tu fais ?
-Non, toi, qu’est-ce que tu fais ? Tu veux vraiment me tuer et te tuer en même temps ?!?!
-De quoi me tuer ? Je ne vais pas mourir.
-C’est ce que tu penses ! On est lié ensemble ! Tu meurs, je meurs. Je meurs, tu meurs ! Et là, tu allais me tuer, donc te tuer en même temps… Est-ce que tu comprends ?
-Bien oui ! Ce n’est pas difficile à comprendre. Donc, il n’y a aucun moyen de me débarrasser de toi ?
-Si tu veux rester en vie, non il n’y en a aucun.
Harry se passa les mains dans les cheveux et soupira. Il sortit, me laissant à moitié vidée d’énergie dans l’eau glacée. Ce fut Pirnetta qui vint me sortir de là quelques minutes après que Harry soit rentré. Je la remercia et la suivit jusqu’à l’intérieur. Une fois au chaud et confortablement installé sur le divan, une tasse de chocolat chaud en main, j’écoutai le reste des voyages de Pirnetta. Je finis par m’endormir, bien emmitouflé dans les couvertures. Je ne sais pas comment j’ai fait pour me retrouver dans mon lit le lendemain matin. Je me retournai et, avant que j’aie pu voir Pirnetta qui dormait à côté de moi, j’étirai mon bras… jusque dans son visage. Elle se réveilla en sursaut et se redressa d’un coup.
-Quoi ? Le déjeuner ?
-De quoi tu parles, Pirnetta ? Je t’ai tout simplement réveillé en te donnant un coup.
Elle se frotta les yeux et sauta en bas du lit. Elle sortit de ma chambre en sifflant joyeusement. Je restai dans mes couvertures, bien au chaud et sans pouvoir voir Harry. Je fermai mes yeux, me plongeant dans les profondeurs de mes pensées. J’entendis au loin une porte qui s’ouvre. Et je reçus un oreiller en plein visage.
-Réveilles-toi.
Et j’entendis la voix que je déteste le plus au monde.
-Pourquoi j’obéirais à tes ordres ?
-Parce que le déjeuner est servi et que c’est Kiron qui m’envoie.
-Depuis quand tu te plies aux ordres d’un homme moitié plante ?
Il me relança un oreiller dans le visage et je me redressai lentement.
-C’est la guerre que tu cherches ? Et bien, tu vas l’avoir !
Je lui balançai mon oreiller en pleine tronche. Il tomba par terre sous l’impact et se releva d’un bond. Il prit le premier coussin qui lui tomba sous la main et me le lança. Je gardai tous les oreillers de mon bord. Harry s’arrêta et chercha un coussin.
-Ne les cherche pas ! C’est moi qui les ai !
Il sourit et se lança sur le lit. La guerre éclata. Je me battais loyalement pour garder mes oreillers pendant que l’ennemi gagnait du terrain. Harry me plaquai sur mon lit et se mit les oreillers en pleine figure. J’essayai de me libérer, mais avec son poids dessus moi… Hi… Difficile de se relever… Je réussis quand même à le projeter en bas de mon lit grâce à mes supers pouvoirs !
-Tu ne m’auras pas aussi facilement, Harry Potter !
Je voulus lui sauter dessus, mais je me cognai contre le poteau de mon lit… m’envoyant aussitôt au tapis. Harry s’agenoua à mes côtés, les larmes aux yeux. Et non de tristesse, mais de joie…
-Ça va ?
-Oui… on peut dire…
Le jeune prit un visage plus triste.
-Je m’excuse pour tout ce que je t’ai fait… J’ai agis bêtement.
-Ça oui…
-Tu me pardonnes ?
-Ça ne sera pas aussi simple que ça, je t’avertis… Disons que je vais te pardonner avec le temps.
-Alors, c’est vrai que si je te renvoie, je meurs ?
-Dans un sens, oui. On est lié ensemble, dès que j’ai signé le contrat avec Dumbledore. Mais mourir… Qu’est-ce que c’est ? Pour moi, ça nous donne la chance de pouvoir repartir à zéro dans un autre univers.
-Tu n’as pas peur de mourir ?
-Non. Je n’ai peur de rien.
-Ah oui ? Qui a crié quand on est revenu de l’enterrement de Remus ?
-Vous m’avez fait faire le saut… C’est différent…
-Ouin c’est ça…
Je reçus l’oreiller de Harry en plein visage. Je me levai d’un bond et replaçai mes vêtements.
-On devrait sortir… Ils vont penser qu’on est en train de s’entretuer !
Je sortis avant que Harry ait pu dire quoi que se soit. Oui, ça va lui prendre du temps pour se faire pardonner…

Je m’assis à la table et soupirai… Hermione jouait encore à son fameux jeu de cartes…
-On ne pourrait pas jouer à autre chose ?
-Tu as des idées ?
Je la regardai avec mes yeux méchants (agrrr) et reportai mon attention sur l’assiette devant moi. Harry vint s’asseoir lui aussi quelques minutes plus tard. Pirnetta nous regarda.
-Bon, ça fait du bien de voir que vous êtes capables d’être dans la même pièce sans vous sauter au visage.
-Merci Pirnetta pour se commentaire qu’on aurait bien pu se passer…
Harry me sourit et me fit signe de la suivre. Je lui suivis jusque dehors.
-Que veux-tu ?
-Je pense que j’ai trouvé un indice pour le prochain Hocruxe.
-Bravo ! Mais cette fois-ci, je vais te laisser la chance de la détruire…
Je regardai brièvement mon bras avec un œil dégoûté.
-Tu vois ce que je veux dire… Bon, c’est quoi ton indice ?
-Et bien… Ça serait seulement une clef qui nous permettrait d’aller chercher l’Hocruxe.
-D’accord… Et où se trouve cette clef ?
-Cache chez Zonko.
-Le magasin n’était pas fermé à cause des jumeaux Weasley ?
-Il vide toutes leurs farces… Après, ils vont fermés pour de bon.
-Pauvre eux… Et comment on va s’y prendre ?
-Et bien, tu entres et tu demandes à avoir l’objet rare. Il devrait savoir c’est quoi.
-Et moi ? Je suis supposé le savoir ?
-Tu devrais facilement sentir son énergie…
Harry me sourit et partit. Je le regardai, douteuse. Je finis par revenir moi aussi… la pluie commençait à tomber.

_________________
J'ai trouvé l'amour en mon petit elfe, Koga!
Je suis prête à tout pour protéger les gens que j'aime... sachant très bien qu'ils le peuvent par eux-mêmes!
Furet, chien, faucon et loup... mes animaux préférés..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chevaliersdenkidiev.dynamicforum.net
Pebsia
Chevalier 1ère génération/admin
avatar

Nombre de messages : 728
Localisation : Quelque part....
Date d'inscription : 02/12/2005

MessageSujet: Re: Le moi derrière lui/Harry Potter (spoilers 6)   Mer 18 Jan à 20:03

CHAPITRE 13
Une semaine plus tard, je suis dans ma chambre en train de préparer mon sac. Pirnetta et Pilpo sont retournés chez eux. Kiron, lui, maintenant que je sais qu’il parle français, reste ici avec nous. Il a un très bon sens de l’orientation et de déduction. Il est quand même assez puissant… Il nous fera un très bon compagnon dans notre quête aux Hocruxes ! J’entrai dans le salon et vit Harry et Kiron, en grande discussion, sac sur l’épaule. Je me raclai la gorge, signalant ma présence.
-On y va.
Tous les trois, nous sortîmes dehors. Les autres jeunes savaient qu’on allait parfois partir. J’ai donné ma permission qu’ils restent dans la maison… On ne sait jamais avec des jeunes… Nous tranplanâmes vers le Chemin de Traverse.

J’entrain dans la boutique de Farces et Attrapes. À a grande surprise, le magasin était rempli… Peut-être parce que la moitié des objets étaient à moitié prix… Bon, passons… Je me fis un chemin vers le comptoir où un drôle de petit monsieur me souriait…
-Puis-je vous aider ?
J’espère que le plan de Harry va fonctionner.
-Oui, je cherchai un objet rare que vous avez sûrement dans votre arrière boutique. J’aimerais l’avoir.
Son sourire disparut aussitôt. Il se mit à jouer avec ses mains, inquiet et hésitant.
-Cet objet n’est pas à vendre… Et comment avez-vous fait pour savoir que nous l’avions ici ?
-Secret du métier…
Je blague bien sûr, mais aussi bien en mettre…
-Je ne peux vous le donner…
-Me le vendre ?
-Non plus… Il coûterait une fortune.
-Savez-vous ce que c’est au juste ?
-Un objet de très grande valeur pour le patron.
-On s’en fou du patron ! J’en ai besoin et vous allez coopérer avec moi ! Est-ce clair ?
L’homme ne bougea pas d’un cheveu. C’est à ce moment précis que le jeune décida de faire son entrée avec Kiron. Plusieurs personnes se tournèrent pour observer notre compagnon.
-Mais, il est laid !
-Regarde son visage !
Je fus surprise de ne lire aucune expression sur son visage. Harry arriva à côté de moi et pointa sa baguette sur l’homme.
-L’objet s’il vous plait. Vous ne voudriez pas perdre tous vos clients…
Le petit monsieur hocha la tête et perdit dans l’arrière boutique. Je me tournai vers Harry qui avait rangé sa baguette.
-Tu aurais pu le plaquer contre le mur… Tu fais ton sévère.
-C’était le seul moyen sinon nous serions là encore demain matin…
-Qu’est-ce que tu essaies de me dire ?
-Qu’on a un gros problème…
Harry me pointait la porte. Kiron et moi se retournâmes pour voir entrer des Auros du Ministère. Ils regardèrent autour d’eux et nous aperçûmes. Je pris Harry par le bras et partit en courant, Kiron derrière nous. Je leur fis le chemin, poussant les clients qui regardaient la scène, inquiets. L’homme sortit de l’arrière boutique, un immense sourire aux lèvres. Je poussai Harry et Kiron en avant.
-Je m’occupe d’eux.
Je me tournai vers les Aurors et le projetai un à un en dehors du magasin. Je me tournai ensuite vers le monsieur. Je le pris par le col et le plaquai contre le mur.
-Je veux l’objet !
Il me sortit un petit médaillon en forme d’étoile qui dégageait une impressionnante énergie. Je le pris rapidement et partis rejoindre Harry et Kiron dehors.

J’arrivai à côté de mes compagnons, essoufflée. Je montrai le médaillon à Harry.
-Tu l’as !
-Bien sûr… Je n’étais pas pour partir sans lui.
-Maintenant, où sont les Aurors ? me demanda Kiron.
Un bruit se fit retentir derrière nous et les Aurors sortirent du magasin.
-Eh… Là ! Courez !
Nous partîmes en courant, les Aurors à nos trousses. D’un geste de la main, je tassai tous les gens qui marchaient tranquillement sur le Chemin de Traverse. Ils nous regardèrent passé, se demandant ce qui se passait. Je fis signe à Harry se tourner à droite… où nous arrivâmes à un cul de sac. Bravo Camélia…
Harry se tourna vers moi, soudainement inquiet. Kiron se mit à inspecter les alentour, essayant de trouver un moyen de sortir… Mais les Aurors arrivèrent aussitôt. Ils nous regardèrent un par un, le visage impassible… Juste qu’à ce qu’ils reconnaissent Harry. Un des Aurors s’adressa à nous.
-Et bien, et bien, et bien… Le grand Harry Potter qui se met à voler dans les magasins.
Il fit venir à lui, nos baguettes… Mais seulement celle de Harry lui arriva en main. Il nous regarda.
-Vos baguettes.
-Mon copain et moi n’en possédons pas.
Kiron leva les mains, montrant qu’il n’avait rien. Je fis de même, un gros sourire aux lèvres.
-Comment avez-vous fait tantôt ?
L’Auror semblait perdu… Je vais l’avoir !
-Ah ça ? En faisant…
J’imitai le geste et les Aurors furent projetés contre le mur à l’autre bout du chemin. Je fis signe à Harry et à Kiron de me suivre. Nous sautâmes par-dessus les corps des Aurors inconscients par terre. Les gens n’osaient pas s’interposer dans notre chemin. Je vis au loin la porte que menait au Chaudron Baveur… Ce n’était plus des Aurors qui nous bloquaient le chemin, mais des gens qui me semblaient familiers et que Harry, juste à regarder son expression faciale, connaissait. Il s’arrêta net de courir, soudainement très inquiet. J’arrêtai moi aussi, imitée par Kiron. Ce fut l’homme aux cicatrices qui vint nous parler. Bon, parler à Harry. Il avait un air sévère et ne semblait pas du tout content.
-Que faites-vous ici ?
-Eh…
Harry ne savait vraiment pas quoi dire…
-Et bien, en fait, c’est que Harry, mon compagnon et moi avions besoin de quelque chose…
-Vous ai-je parlé ?
Je le regardai avec un air indigné.
-Quoi ? Vous saurez que c’est moi qui a tout dirigé ça ! C’est moi le cerveau de l’opération ! Lâchez Harry. Il n’a fait qu’obéir à mes ordres.
C’était faux, mais il faut dire que j’aurais aimé que ça soit vrai…
Une femme s’approcha de nous et mit sa main sur le bras l’homme.
-Suivez-nous.
Elle regarda Harry comme s’il devait comprendre quelque chose. Je les regardai les deux et me tournai vers Kiron qui semblait comprendre autant que toi. Le jeune suivit les gens qui étaient devant nous.
Nous nous rendîmes dans une grande maison qui semblait sinistre. Franchement, je ne sais pas qui pourrait vivre la dedans. Je suivis Harry qui ne sembla pas du tout inquiet. La femme nous mena jusque dans un semblant de salon. Je m’assis sur le divan et regarda Harry.
-Tu vas bien se passer.
-Ah oui ?
-Oui, se sont des membres de l’Ordre du Phénix.
-Ah…
Il me semblait aussi que leur visage m’était familier… Surtout celui avec plein de cicatrices. La femme s’assit en face de nous et les autres nous regardèrent, attendant que l’on parle.
-Bon, Harry. Les Aurors du Ministère ont reçu un appel qui leur disait que Harry Potter et deux autres personnes volaient son magasin. Qu’est-ce que cette histoire ?
-Je ne peux vous le dire. C’est entre moi et Dumbledore…
En disant le nom de l’ancien directeur de Poudlard, plusieurs visages s’assombrirent.
-Et entre Camélia.
-Qui est-ce ?
-C’est moi.
Je lui souris bêtement. Elle me regarda et soupira.
-Mais… L’idée de voler dans un magasin de Farces et Attrapes qui va fermer…, dit l’homme aux milles et une cicatrices.
-C’était pour une bonne cause, vous saurez.
Je l’aimais de moins en moins.
-Si vous pourriez au moins vous présenter, je pourrais peut-être avoir plus confiance en vous.
-Nous sommes ce qui reste de l’Ordre du…
-Ouais, ça je le sais. Mais vos noms.
L’homme semblait sur le point de perdre les nerfs. La femme lui prit le bras, le calmant.
-Je suis Thonks…
-Ah oui ! Je me rappelle de vous ! Vous étiez à l’enterrement de Rem…
Je reçus un coup de la part du jeune dans les côtés. Il me regarda sévèrement. Il préférait que je ne dise rien…
-Voici Maugrey…
-Pour vrai ?!?!
Je me levai d’un bond, totalement ébahie.
-Oui c’est moi.
-Vous étiez mon Auror préféré lorsque j’étais petite ! Je vous admire tellement !
Finalement, je l’adore !! Il me regarda bizarrement. Les autres derrière lui avaient tous un immense sourire aux lèvres.
-Ah… Merci… C’est gentil…
-J’en reviens pas… Franchement…
Thonks me regarda et poursuivit les présentations.
-Voici Minerva McGonagall.
-Vous êtes professeur de métamorphose à Poudlard ! Je vous ai vu lorsque je suis allée voir… quelqu’un.
La porte du salon s’ouvrit, laissant entrer Ron, Hermione et Ginny.
-Qu’est-ce qui se passe ici ? demanda Ron. Pourquoi maman nous a demandé de venir ici ?
-Rien Ron. C’est parce que les membres de l’Ordre pensaient que Harry, Kiron et moi avions volé dans un magasin.
Harry se leva et soupira.
-Cam, c’est parce qu’on a volé aussi.
-Non ! On a seulement repris l’objet.
-Quel objet ?
Oups… Je venais d’attirer l’attention de mon Auror préféré.
-Un nouveau prototype qui vient de sortir sur le marché !
Il me regarda bizarrement. Je suis sûre qu’il ne me croit pas, mais il s’abstint de tout commentaire. Les jeunes vinrent s’asseoir à côté de nous. Quelques secondes plus tard, la porte se rouvrit. Le reste de la famille Weasley entra. Mme Weasley semblait inquiète de la situation, mais les jumeaux, eux, affichaient un immense sourire.
-Harry ! Oh Harry !
Elle le serra dans ses bras et je dus me retourner pour cacher mon fou rire. Le jeune me lança un regard assassin que je ne pus voir.
-Veux-tu m’expliquer ce qui se passe ?
-C’est ce qu’il était en train de faire, Molly, lui dit Thonks.
Elle lâcha Harry et retourna au près de son mari. Harry me prit le bras et me força à m’asseoir. Je suivis docilement, même si, au fond de moi, j’attends le moment idéal pour sortir le plus de commentaires possibles.
-Bon, raconte-nous les raisons de ton acte.
Je trouvais que le mot était déplacé. Je me levai, prête à me plaindre, mais Harry me prit encore le bras et me remit à ma place.
-Et bien, je devais prendre quelque chose que le magasin ne se servait pas. Ce quelque chose, je ne peux pas vous dire ce que c’est ni à cause il sert. Je ne peux pas vous dire plus que ça.
Molly me regarda bizarrement. Pourquoi tout le monde me trouve folle !! Je lui fis une grimace et elle me regarda indignée.
-Harry ! Pourquoi te tiens-tu avec cette fille ?
Elle dit le mot fille avec un peu trop de dégoût. Là, ce fut la goutte qui fit débordé le vase. Je me levai d’un bond et me mis juste devant son visage. Les membres de l’Ordre sortirent tous leurs baguettes en même temps et les pointèrent dessus moi. Harry soupira et se prit la tête dans les mains, découragé. Ron et Ginny se précipitèrent vers moi.
-Lâche notre mère !
Je me tournai lentement vers eux.
-S’il vous plait. J’ai quelque chose avec votre mère à régler… entre filles.
-Ne fais pas les mêmes choses que tu fais à Harry !
-Bien sûr que non ! Vous me prenez pour qui ! Ce sort est réservé exclusivement au jeune !
Les membres semblèrent complètement perdus. Tant mieux ! Je me retournai brusquement vers Molly.
-Alors… Vous trouvez que je suis bizarre ? Que je suis une fille qui ne mérite pas d’être avec Harry ?
-Non, non… Quoi ? Tu es avec Harry ? Vous… ensemble ?
Je virai au rouge tomate. Harry se redressa, surpris.
-Hein ? Quoi ? Non ! Je… Moi… avec lui ? Pff…
-Maman, si Camélia serait avec Harry, il y aurait un problème.
Nous éclatâmes de rire sous les regards des membres. Je me calmai et reportai mon attention sur Molly.
-Je n’ai pas aimé comment vous avez dit fille… Si j’ai l’air bizarre, c’est parce que je le suis.
Je haussai les sourcils et pensai à ce que je venais de dire. Je me tournai vers Harry qui me regardait les larmes aux yeux.
-Qu’est-ce que je viens de dire ?
-Que tu étais bizarre.
Je me passai la main sur le visage, découragée.
-Bravo Cam… me murmurai-je.
Je me tournai vers Molly.
-Bon, oubliez ce que je viens de dire… Mais… Je vous ai à l’œil…
Je retournai m’asseoir entre les jeunes qui riaient… de moi… Ne voulant pas le prendre mal, je me mis à rire avec eux. Après quelques minutes, nous reprîmes notre calme. Thonks reprit la parole.
-Donc, si je vous demande d’autres questions, vous allez nous répondre que ça ne nous regarde pas ?
-Exactement !
Elle regarda Harry et soupira.
-On peut y aller.
Les membres de l’Ordre sortirent du salon, nous laissant avec la famille Weasley. Molly, voulant sûrement se reprendre, nous invita à rester un peu avec eux. J’acceptai joyeusement, ainsi que Harry. Je présentai Kiron aux autres qui n’eurent aucune réaction à cause son physique… Il faut dire qu’il l’avait déjà vu à l’enterrement.
Le souper était d’un délice ! Molly cuisine super bien ! J’ai tellement mangé que je dus, sans que personne ne s’en rendre compte, voler lentement jusqu’à ma chambre. Je m’endormis aussitôt, épuisée de ma journée.

_________________
J'ai trouvé l'amour en mon petit elfe, Koga!
Je suis prête à tout pour protéger les gens que j'aime... sachant très bien qu'ils le peuvent par eux-mêmes!
Furet, chien, faucon et loup... mes animaux préférés..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chevaliersdenkidiev.dynamicforum.net
Pebsia
Chevalier 1ère génération/admin
avatar

Nombre de messages : 728
Localisation : Quelque part....
Date d'inscription : 02/12/2005

MessageSujet: Re: Le moi derrière lui/Harry Potter (spoilers 6)   Mer 18 Jan à 20:03

suite du chapitre 13 (il était trop long... Mad )

Je me réveillai le lendemain matin avec un chat orange dans les bras. Je le poussai en bas du lit, surprise. Le chat partit en courant et sortit de la chambre. Je me tournai vers Hermione qui me regardait.
-C’était quoi ?
-C’était mon chat, Pattenrond.
-Joli…
Hermione me sourit et sortit de la chambre pour aller prendre son petit déjeuner. Ginny, qui dormait au dessus du lit de son amie, se réveilla et me salua.
-Bien dormi Camélia ?
-Oui, si on peut dire. On ferait bien de descendre… Ils doivent nous attendre en bas.
-Tu as raison.
Ginny sauta en bas du lit et sortit de la chambre. Je la suivis et passa devant Harry en baillant grandement. Il me regarda et éclata de rire.
-Attention, tu vas aspirer une mouche.
-J’aime ton sens de l’humour Harry…
Je n’ajoutai rien d’autre et descendit les escaliers. Kiron était déjà en bas et parlait avec Thonks qui semblait en totale admiration. Il lui expliquait leur manière à eux de vivre… Quoi de plus poche… Ah… Je m’assis à côté de lui et regardai autour de moi. La cuisine était plutôt sinistre… Comme le reste de la maison. Franchement, je n’aimais pas être ici… Je ne me sens pas en sécurité. Je me tournai vers les autres qui s’amusaient et mangeaient tranquillement. Harry se tourna vers moi et sentit mon malaise.
-Cam, ça va ?
J’hochai négativement la tête. Il y avait quelque chose dans cette maison… quelque chose qui n’aimait pas que je sois là. Je regardai autour de lui, inquiète. Harry se leva et vit à côté de moi.
-Qu’est-ce que tu as ?
-Je sens quelque chose… Ce n’est pas content de me voir ici…
-De quoi tu parles ?
Tout le monde s’était tu et nous écoutait. Harry me prit par l’épaule et me força à le regarder.
-Cam, il n’y a rien dans cette maison, pas de grosses créatures. Relaxe, tu as peut-être trop mangé hier.
-Non, ce n’est pas ça… Il y a quelque chose qui vit dans les murs de cette maison… Je veux partir.
-Mais, on est arrivé hier… Tu n’es pas pour partir toute seule.
-Harry ! Je ne me sens pas en sécurité. Et quand moi je dis ça, c’est que c’est quelque chose de plus gros et de plus fort que moi. On est tous en danger si on reste sans bouger…
J’arrêtai de bouger et regardai le mur derrière la table.
-Il est là…
-De quoi tu parles Cam ?
Le mur éclata en milles morceaux et laissa sortir de là un immense… monstre à 2 têtes, noir et poilu. Il me regarda de ses gros yeux globuleux et jaunes. Ses pattes étaient équipées de grosses griffes et ses dents… un peu trop pointues à mon goût.
-Je parle de ça… Fuyez !
Tout le monde sortir de la cuisine. Je fis semblant de la suivre, mais dès que la dernière personne fut sortie, je refermai la porte, m’enfermant avec grosse bébite. En fait, elle ressemble plutôt à une grosse torture en colère… J’eus un sourire à cette pensée.
-Pourquoi tu ris ?
Parce qu’elle parle encore… Ah non…
-Pour rien… Il m’arrive de rire pour des raisons invisibles…
Elle poussa un grognement.
-On ne me ment pas, Gardienne.
Oh… Elle le sait…
-Oui je le sais… Et je ne me ferais pas avoir facilement…
-Ça je l’imaginais… Etes-vous un immense crabe de feu ?
-Non. Tu oses me traiter de crabe de feu !
Elle cracha un puissant jet de glace… qui me paralysa le bras. J’essai de briser la fine couche de glace avec mon autre main, mais je me fis plus mal que autre chose.
-Intéressant… Vous avez quoi comme congélateur ?
Elle poussa un hurlement de colère.
-Je vais te tuer sale Gardienne !
-Ça aussi je le sais…
Je reçus sa grosse papatte en plein visage… Je fus projetée contre le mur où je tombai, le visage en sang. Je me relevai péniblement, ne voyant d’un seul œil. Je regardai la grosse tortue et mes mains s’enflammèrent.
-Je fais ça pour toi Harry…
La bagarre commença.

Lorsqu’il vit que Camélia n’était pas sortie, Harry se précipita vers la porte et essaya de l’ouvrir, mais en vain. Il se mit à cogner de toutes ses forces.
-Cam ! Sors de là ! Tue va te faire tuer !
Il tendit l’oreille et entendit la créature hurler. Il se mit à taper dans la porte.
-CAM ! OUVRE ! JE T’EN SUPPLIE ! SORS !


À l’intérieur, j’essaie de me battre… J’entends d’une oreille le tapage de Harry contre la porte et de l’autre les hurlements de Miss Tortue. J’étais blessée d’un peu partout, mais surtout au visage, m’empêchant de bien voir. Je m’accotai contre le mur, essoufflée. Vraiment, elle ne m’aime pas… Déjà, elle chargea vers moi… Impuissante, je reçus son coup de pattes au niveau des côtes. Je tombai sur la table et roulai jusqu’en bas. C’est alors qu’une voix retendit dans ma tête.
-Camélia ! Reprends-toi ! Tu es puissante, fais lui mordre la poussière à ce monstre… Fais le pour moi…
C’était Harry… Je le savais… Je me relevai péniblement et fit face à la créature. Elle me regarda, un immense sourire sadique sur les lèvres.
-Prête à mourir Gardienne ?
-Non, toi, es-tu prêt à mourir ?
Elle éclata de rire, un rire à vous redresser le poil des jambes. Je restai inexpressive devant son rire.
-C’est tout ce que tu pouvais faire ?
Elle me regarda méchamment et me sauta dessus. C’est alors que tout se passe très vite. Deux immenses jets d’énergie vinrent percuter la créature. Elle s’évapora en poussière. Je pus voir Harry, la main tendue vers l’emplacement du monstre. Il se précipita vers moi, suivi du reste de la famille Weasley. Il s’agenoua à mes côtés et me regarda d’un air triste et frustré.
-Tu n’aurais jamais du te battre ! Tu aurais du venir avec nous ! À plusieurs, nous l’aurions eu !
Harry se jeta dans mes bras, en larmes. Je le serrai contre moi et fermai les yeux.
-Comment tu as fait pour me parler ?
-Tu m’as entendu ?
-Oui, c’est toi qui m’a redonné espoir.
-Je ne sais pas. Viens, on doit te soigner.
Il m’aida à me relever et essuya ses larmes du revers de sa main. Ron vint m’aider à m’amener jusqu’au salon en me prenant le bras et Harry l’autre. Ils me déposèrent sur le divan et je fermai les yeux, me battant contre la douleur. Molly arriva quelques secondes plus tard et essuya tout mon sang qui avait coulé. Harry restait toujours à mon chevet, me tenant la main. Franchement, il peut être gentil quand il veut. Ça parait qu’il tient à moi dans ses moments là.

_________________
J'ai trouvé l'amour en mon petit elfe, Koga!
Je suis prête à tout pour protéger les gens que j'aime... sachant très bien qu'ils le peuvent par eux-mêmes!
Furet, chien, faucon et loup... mes animaux préférés..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chevaliersdenkidiev.dynamicforum.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le moi derrière lui/Harry Potter (spoilers 6)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le moi derrière lui/Harry Potter (spoilers 6)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Harry Potter [Gryffondor, 5ème année]
» Harry Potter ( l'Elu )
» [Présentation] Chargée de communauté LEGO Harry Potter [Validée]
» Mes créas Harry Potter
» Murder Party Harry Potter

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chevaliers d'Émeraude :: Hors-jeu :: Fanfictions-
Sauter vers: